Accueil / Actualité / Découverte – Adama Gaye, 25 ans et déjà un grand homme d’affaires africain

Découverte – Adama Gaye, 25 ans et déjà un grand homme d’affaires africain

À 25 ans, il a déjà un CV à faire pâlir de jalousie nombre de ses aînés. Business Developer, en charge du Nigeria et du Ghana, chez Saint-Gobain, il vit aujourd’hui entre Lagos et Accra.

Un poste créé depuis à peine trois ans et qu’il est le premier à occuper, afin de soutenir la nouvelle stratégie internationale du géant de l’habitat français (39,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015), de plus en plus tournée vers l’Afrique subsaharienne.

Businessman panafricain

Déjà présent en Afrique du Sud et au Maghreb, le groupe s’implante désormais petit à petit au Kenya, dans les deux grands pays anglo-saxons de l’Ouest, mais aussi au Sénégal et en Côte d’Ivoire. L’entreprise, a d’ailleurs, récemment participé à la restauration de la tour Postel 2001 [105 m, 26 étages] du Plateau d’Abidjan, le quartier d’affaires, aux côtés de la société PFO de l’architecte Pierre Fakhoury.

Français, d’origine sénégalaise, Adama représente à merveille cette nouvelle génération d’Africains ultra-formée, multilingue, complètement mondialisée et aussi à l’aise à New York qu’à Niamey ou Hong-Kong. Toujours entre deux avions – il s’envole pour Lagos lorsque nous le rencontrons- il s’est habitué aux subtilités culturelles dans la sous-région et à leurs conséquences sur le business.

Adama Gaye a toujours su qu’il travaillerait « sur des problématiques africaines »

« Il faut, par exemple, beaucoup de temps, de discussions pour vendre des produits ou simplement prospecter de nouveaux clients à Dakar ou à Abidjan. Contrairement à Lagos, où tout va plus vite et où les projets sont à la fois plus divers, plus nombreux, les hommes et femmes d’affaires moins dépendant de l’État, du monde politique», explique le jeune homme.

Diplômé en Affaires ubliques de Sciences Po Paris en 2014, Adama Gaye a toujours su qu’il travaillerait « sur des problématiques africaines » et a enchaîné les stages pour trouver la voie adéquate pour y parvenir : ONU, cabinet de conseil de l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, ou encore Business France, l’agence publique française d’aide au développement des entreprises hexagonales à l’étranger etc…

Celui qui se sent de plus en plus chez lui au Nigeria, y travaille sur des projets de plus en plus passionnants, comme le chantier gigantesque d’Eko Atlantic City, cette nouvelle ville en construction sur une presque-île artificielle, dans la baie Lagos.

 

 

jeuneafrique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *