Accueil / International / La demi-soeur de Barack Obama explique comment la présidence l’a changé

La demi-soeur de Barack Obama explique comment la présidence l’a changé

Maya Soetoro-Ng, la demi-soeur de Barack Obama, est revenue sur ses deux mandats à la Maison-Blanche. Elle a expliqué comment la présidence avait rendu Obama plus sage. Il ne devrait d’ailleurs pas souffrir de repasser dans l’ombre au lendemain du 20 janvier. Barack Obama se prépare à la vie « d’après ». Son entourage aussi. Dans dix jours, après la cérémonie de passation de pouvoir, le 44e président des Etats-Unis redeviendra un citoyen lambda. Un retour à la vie civile après huit années passées dans le Bureau oval dont il ne devrait souffrir si l’on en croit Maya Soetoro-Ng, sa demi-soeur maternelle.

Interrogée par la BBC, la Directrice d’un département d’étude de la résolution des conflits et de la recherche de la paix à l’Université d’Hawaii à Manoa est revenue sur leur enfance qui a façonné les adultes qu’ils sont aujourd’hui. « Barack est quelqu’un de très décontracté, jouait au basket, appréciait ses amis » et n’était pas particulièrement engagé dans les organismes étudiants. Son déménagement à Los Angeles et à New York a contribué à bâtir son parcours.

« Il est devenu plus sérieux, plus conscient des défis de la société, du pays et du monde ». Sandy Hook, le « pire jour de sa présidence » Quant à son élection, elle la qualifie d’irréelle. « Cette nuit-là, j’ai pu me rendre compte la source d’inspiration qu’il était devenu pour de nombreuses personnes. Les espoirs et les attentes placés en lui et en son élection étaient incroyables ». Pour Maya Soetoro-Ng, les huit années passées à la Maison Blanche l’ont changé, mais dans un sens positif et pas de façon fondamentale.

« Il est devenu plus sage, il a fait sortir ses qualités du plus profond de lui-même. Il a dû s’adapter, a été témoin de la tristesse et à la souffrance, tant au niveau international que suite à des fusillades dans notre pays », faisant de la tuerie de l’école primaire de Sandy Hook le 14 décembre 2012 « le pire jour de sa présidence ». « Mais il est resté le même qu’avant. La personne qu’il est, ses relations amicales, sa façon de communiquer ou sur ses valeurs fondamentales, il est resté le Barack d’avant ». À ses yeux, son départ de la Maison Blanche ne devrait pas l’accabler. « L’intensité des feux de la rampe ne vont pas lui manquer. Il va poursuivre son travail, en espérant qu’il se repose également ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *