Accueil / Contribution / Réponse à Monsieur Mamadou Sy Tounkara (Par Thierno Bocoum)

Réponse à Monsieur Mamadou Sy Tounkara (Par Thierno Bocoum)

M. Tounkara,

Si vous pouvez voir à travers mes précisions une démarche politicienne comme vous l’avez affirmé dans la lettre que vous m’avez adressée, j’attendais de vous, pour ma part, la réponse d’un intellectuel, légitimé à faire une telle appréciation. Je suis, cependant, au regret de constater que vos vraies intentions se mesurent à l’aune de votre acharnement incompréhensible sur la personne du President Idrissa Seck.

Ce n’est pas la première fois. Et je suis sûr que c’est loin d’être fini. Rassurez-vous, vous ne serez pas seul dans votre cheminement. Toute attaque de votre part souffrira et s’affaissera face à la contre-attaque qui sied. Ce rythme vous amusera peut-être mais, pour nous, l’enjeu est beaucoup plus sérieux : laver notre leader de toutes formes de calomnies et diffamations injustement distillées.

Non, Monsieur Tounkara, vous ne pouvez pas justifier votre rage d’accuser et vos certitudes par les écrits d’un journal. Ce n’est pas conforme à une démarche qui se veut intellectuelle. Vous ne pouvez pas accuser sans preuve. Et la charge de la preuve vous incombe quand vous tenez à tout prix à votre accusation (actori incumbit probatio).

Toutefois, vos insinuations d’enrichissement illicite sans aucune forme de preuve sont tout simplement inadmissibles. La bonne réputation d’un être humain ainsi que sa dignité doivent être protégées contre ce type d’accusation à combattre et à bannir d’une république.

Quant aux diplômes du Président Idrissa Seck, vous passez à côté en réclamant qu’ils soient brandis. Cela me rappelle l’histoire d’un de mes collègues à qui vous aviez demandé de chanter l’hymne national dans votre émission. Il avait refusé et avait bien raison de refuser car n’étant pas face à son maitre à la maternelle. Hélas, vous en aviez déduit qu’il ne pouvait pas chanter l’hymne et s’il l’avait fait, vous auriez sans doute affirmé que c’était normal.

Le Président Idrissa Seck avait brandi ses diplômes quand il fallait diriger le cabinet de consultance international ACG AFRIQUE. Il les avaient brandis quand il fallait être recruté à Price waterhouse. Il les avaient également brandis quand il devait être nommé ministre du commerce, de l’artisanat et de l’industrialisation….

Il aura peut être l’occasion de le refaire mais pas dans ce contexte, pas pour vous satisfaire en entrant dans votre jeu.

A Rewmi, nous avons dépassé l’âge de jouer.

En attendant, vous pourriez peut être croire sur parole M. Moubarack Lo qui a déclaré à l’émission grand jury de l’excellent Mamadou Ibra Kane, le 28 juin 2015 :

« Idrissa Seck a fait la même école que moi. Nous avons déjà ce trait commun, c’est l’école des sciences politiques de Paris, l’institut d’étude politique. »

Et quand le journaliste l’a interrompu pour lui signifier que beaucoup de gens mettaient en doute les diplômes du Président Idrissa Seck, il avait alors répliqué en ces termes  » Moi je suis le Président de l’association des anciens. Idrissa Seck est diplômé de 1986 dans la section économies et finances. Moi-même je suis diplômé de 1990 dans la section de service public et il faut que cela finisse, j’ai l’annuaire devant moi. Ceux qui veulent, ils peuvent venir consulter »

Alors, cher Monsieur Tounkara, allez consulter l’annuaire et revenez-nous moins dogmatique devant Dieu et devant l’histoire.

Thierno Bocoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *