En marge de l’atelier de formation sur le Management du capital humain, le directeur exécutif du Club des investisseurs sénégalais (Cis) a tenu à rassurer les Sénégalais sur l’épidémie du coronavirus.

«Nous compatissons avec tous ceux qui sont touchés par cette maladie, sans oublier les Sénégalais, en leur demandant de ne pas entrer dans une situation de panique, parce que, globalement, les choses sont sous contrôle».
Toutefois, Abdourahmane Diouf pense qu’il y a des leçons à tirer de cette épidémie, sur le plan économique. Selon lui, ça doit être une excellente opportunité, pour le Sénégal, de réfléchir sur ses orientations économiques.
 «Dieu seul sait quand est-ce qu’on va s’en sortir (épidémie). Si vous dépendez de la Chine par rapport à vos importations, ça veut dire que vous êtes doublement lésés. Vous êtes lésés en tant qu’Etat, nation ou pays dont les besoins dépendent d’un autre pays. Alors, quand vous êtes confrontés à une situation pareille, on pense que la première question, c’est comment faire en sorte de pouvoir vivre correctement de façon autonome, sans dépendre d’un autre pays et sans dépendre de l’économie de quelqu’un d’autre. Si on se pose cette question fondamentale, je suis sûr que les réponses suivront».