Le site pour adultes Sen P*rno fait de graves révélations sur l’une de ses victimes, Khadijatou Camara

C’est de la mauvaise foi !” C’est le seul terme qui me viens en tête après visionnage de la vidéo de la dame nommée Khadijatou Camara.

Il y a trois mois, comme elle l’affirme, elle a eu à recevoir des centaines d’appels et de messages la prévenant de la publication de son sextape sur Seneporno. Voilà la seule vérité de son interview de 13 minutes 49 s.

Par contre, ce qu’elle omet de dire, c’est que le 16 avril 2018, un premier contact a été établi entre elle et Kocc Barma, c’est-à-dire un mois avant la publication de son sextape. Je procède de la sorte avec toutes celles qui prétendent être victimes de Seneporno.

Propriétaire d’un site pour adultes et désireux me conformer à la législation du pays dans lequel je réside en matière de publications de contenus à caractère pornographique, ce contact est établi pour connaître les véritables motivations de la personne concernée.

La question que se posent la plupart des internautes après visionnage de l’interview de Khadijatou Camara est la suivante : ‘Comment un mari peut-il répudier sa femme pour des photos d’elle qu’il était censé recevoir, alors qu’il devait être le principal suspect de l’enquête qui devrait déterminer comment les clichés se sont retrouvés ailleurs ?

En effet, le 16 avril 2018, un contact a été établi avec la dame Khadijatou Camara. Ce n’est que le 21 avril, soit cinq jours plus tard, après plusieurs messages ignorés, que les premières échanges ont eu lieu. De nos discussions, la dame m’a fait comprendre qu’elle est mariée depuis 2 ans et mère d’une fille. Que les photos étaient destinées à une fille.

Lorsque je lui ai demandé la raison de son geste, elle a déclaré qu’elle a envoyé les photos pour se venger de son mari, qui venait de la tromper. Et dans la foulée, elle m’a avoué être bisexuelle, chose que son mari savait, selon elle.

C’est après être retournée à ses vieilles habitudes, avec une fille qu’elle venait de connaître, et avoir refusé certaines propositions de son mari, que son sextape a été posté.

J’emprunte aujourd’hui au latin Horace sa fameuse expression: “Les paroles s’envolent, les écrits restent”, en partageant avec vous quelques captures de nos conversations.

Kocc Barma

Laisser une réponse

S'il vous plait, saisissez votre commentaire
S'il vous plait, saisissez votre nom ici