Ce pédophile affirme : « Si un enfant est en âge de parler alors il est prêt pour avoir des relations s*xuelles »

Un pédophile voulant prendre la fuite avec des mineures a été interdit de quitter le territoire britannique. Selon ses propos, un enfant est en âge d’avoir des relations sexuelles si ce dernier est en capacité de parler. Itinéraire d’un criminel récidiviste relayé par nos confrères de France Soir.

Jason Leonard, 37 ans, a été interdit de quitter le territoire britannique au vu de ses intentions de quitter le pays en compagnie de mineures. Lorsqu’il a été interrogé, il a expliqué que selon lui un enfant capable de parler est prêt à avoir des relations sexuelles. Ces propos abominables ne seront pas les seuls prononcés par ce prédateur.

Discrimination

Suite à cette interdiction, Jason Leonard a interjeté appel. Le détective chargé de l’enquête a recueilli des propos effarants. Selon le pédophile, son « partenaire idéal » serait âgé entre 12 et 14 ans et la seule raison qui l’empêche de passer à l’acte sont les volontés de sa mère. Pour Jason Leonard, les pédophiles sont discriminés injustement.

Pour le criminel, les pédophiles sont persécutés et traités comme les « homosexuels et les juifs pendant les années quarante ». Ses propos appuient sa volonté de quitter le territoire afin d’éviter sa peine. C’est en 2013 que Leonard a été emprisonné pour avoir téléchargé des images pédopornographiques et les avoir mises en ligne.

Si un enfant est en âge de parler alors il est prêt pour avoir des relations sexuelles
Si un enfant est en âge de parler alors il est prêt pour avoir des relations sexuelles

Sentiment de persécution

Les autorités policières lui ont imposé de demander la permission à un parent ou à un tuteur avant d’adresser la parole à un enfant. Une mesure que le prédateur a trouvée « disproportionnée ». Andrew Ashworth, chargé de l’affaire s’est étonné de sa facilité à communiquer à propos de ses déviances sexuelles : « Jason Leonard a exprimé son souhait de quitter le territoire car il croit que les forces judiciaires et le gouvernement persécutent les pédophiles. Il croit fermement qu’un jour la pédophilie sera acceptée de la même manière que l’homosexualité l’est aujourd’hui. »

Si un enfant est en âge de parler alors il est prêt pour avoir des relations sexuelles

Attitude alarmante face à la pédophilie

Andrew Ashworth a ajouté : «  Leonard est très proche de sa mère. C’est un facteur qui l’empêche de commettre des crimes sexuels. Selon lui, c’est au décès de cette dernière qu’il « pourra vivre complétement son « attirance sexuelle ». L’avocat de Jason a déclaré que les interdictions dont il était l’objet étaient complétement disproportionnées. La défense a annoncé : «  Mr Leonard a déclaré qu’il se soumettrait aux lois des pays dans lesquels il serait. En Thailande, la majorité sexuelle est de 15 ans donc il obéira à cette loi. Il n’y a rien qui suggère que Jason Leonard a eu une relation sexuelle avec un enfant. Son seul méfait est d’avoir téléchargé des images de pédopornographie. » La juge de cette affaire, Sara Dodd a déclaré que Jason Leonard était « profondément dérangé » et qu’il avait « une attitude alarmante en ce qui concerne la pédophilie. »

Andrew Ashworth s’est déclaré satisfait de l’issue de cette audience. «  La police de Lancashire continuera à gérer les risques inhérents à tout prédateur sexuel ».

Comment se remettre d’un choc traumatique ?

Les abus sexuels sont des épreuves traumatiques courantes qui peuvent être à l’origine de nombreuses séquelles sur la psyché de l’individu. Selon le ministère de la justice français, 4 cas de violences sexuelles sur 10 concernent des mineurs.  Cette épreuve est un véritable chemin de croix pour les victimes qui auront besoin d’aide pour surmonter ce traumatisme.  La première étape est d’en parler à son entourage afin de sortir de la culpabilité dans laquelle se mure souvent la victime. Se faire aider par un thérapeute est indispensable afin de pouvoir exorciser cet évènement traumatique. Une agression sexuelle est souvent déterminante dans la vie d’un sujet, il ne s’agit pas de l’oublier mais d’apprendre à se redéfinir comme l’acteur de sa vie. Cela demande un long travail de résilience et il est essentiel que la victime se sente accompagnée dans cette démarche.