Politique

Certains leaders de l’opposition qui ont transhumé ne pourront pas entraîner leurs militants dans leur choix (Chercheur)

Le Professeur Moussa Diaw, enseignant chercheur en Sciences politiques à l’Université Gaston Berger, s’est livré à une analyse sur la création de coalitions à l’approche de la Présidentielle.

Après avoir indiqué les limites de la stratégie de débauchage des leaders de l’opposition par la majorité, le Pr Moussa Diaw croit savoir que les militants de l’opposition, pour la grande part, ne vont pas suivre leurs leaders qui ont transhumé. Pis, la transhumance peut être encore davantage déterminant dans le désir de ces militants de sanctionner leurs ex-leaders.

“Ça dépendra de la capacité des uns et des autres à s’ouvrir et aussi de leurs expériences politiques. Des leaders comme Idrissa Seck ont de l’expérience politique et cela permet d’attirer l’adhésion d’un certain nombre de recalés, par la suite aussi de mobiliser leurs militants parce que les militants qui sont dans l’opposition, à mon avis, dans leur majeure partie, vont rester dans l’opposition même si leurs leaders partent ailleurs parce qu’il y a une déception quelque part, et il est le risque de voir ces militants s’engager à sanctionner leurs leaders inconsistants en tenant compte de leurs discours”, explique Pr Moussa Diaw dans Sud Quotidien.

METRODAKAR

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Désactivez s'il vous plaît votre bloqueur de publicité pour consulter cet article

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité