Ces infractions retenues contre le colonel Kébé

On en sait davantage sur les griefs retenus contre le colonel de l’armée sénégalaise à la retraite, en détention dans les locaux de la Section de Recherches de la gendarmerie de Colobane depuis dimanche. Selon des sources concordantes, le haut gradé, par ailleurs Secrétaire national chargé de la défense du parti «Rewmi», sera déféré aujourd’hui au parquet, pour actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles politiques graves.

Les choses se précisent pour le Colonel de l’armée nationale, à la retraite Abdourahim Kébé, ancien attaché de défense auprès de l’ambassade du Sénégal à Washington. Ce haut gradé qui milite au parti «Rewmi», où il occupe le titre de Secrétaire nationale à la défense, est retenu depuis dimanche dernier, dans les liens de la détention, à la Section de Recherche de Colobane. Ce, après avoir été cueilli le même jour à son domicile à Saint-Louis, à la suite de la publication sur sa page facebook, d’un message qualifié d’incitation à la révolte, dont voici un extrait : «Sénégalais debout ! Une riposte énergétique du peuple s’impose. Face à ce qui apparaît comme un hold-up électoral que veulent nous imposer les valets de Macron, une seule attitude : la révolte populaire. Nous ferons comprendre à la France, que le Sénégal n’est pas un pays banania et au pouvoir, que la confiscation de la volonté populaire ne sera pas acceptée.»

Arrêté dans la capitale du nord, l’ancien de la Direction des informations et relations publiques des armées (Dirpa) a passé deux nuits dans les locaux de la Section de recherches de Colobane. Selon des sources avisées, l’enquête ouverte par les pandores a été bouclée.

Du coup, confient nos interlocuteurs, le colonel à la retraite, Abdourahim Kébé sera présenté ce jour (mardi 5 mars 2019), devant le Procureur de la république, à charge pour qui, de décider du sort qui sera réservé à son hôte. Quid alors des infractions retenues contre lui ? De l’avis de nos sources concordantes, le Secrétaire national du parti «Rewmi», au brillant parcours militaire, est visé pour l’infraction de « actes ou manœuvres de nature à provoquer des troubles politiques graves ».