Au Sénégal, le monopole de la violence légitime s’entrechoque morbidement avec l’ivresse de l’excès et ceci, depuis les promontoires de cet appareil ”statique” (Étatique). Toute entité détenant un pouvoir est appelée à en abuser disait Montesquieu mais c’est dans cette optique que le pouvoir est nimbé d’un ensemble de garde-fous pour justement éviter que ces Fous n’en fassent trop.

Hier, la sortie d’une vidéo faisant état d’une humiliation des plus dégradantes qu’un homme puisse subir a présenté un policier, giflant sans raison apparente un jeune citoyen qui n’avait rien fait pour s’attirer cette copieuse bourrasque. Dans le cadre général, l’indignation est à son comble. Toute la nation s’est sentie touchée dans sa plus profonde intégrité. La tenue a certes un pouvoir assez conséquent sous nos cieux mais elle oublie qu’elle est en même temps astreinte au respect de certaines normes. Ce phénomène ne concerne guère que la police nationale: Toutes les instances normatives de cette connerie de pays sont concernées. Des gardiens de prison aux douaniers en passant par les policiers et les gendarmes. Il faut que ceci cesse et la population doit s’en assurer tant qu’elle le peut vu que l’on ne peut pas compter sur ce gouvernement qui n’est même pas capable de tenir ses chiens noirs en laisse.

Personne ne mérite de se voir opposé, à tort, le minimum de pouvoir qu’il a délégué à l’autorité publique dans le but de la conservation de l’ordre en général. Oui, toute cette ”racaille” tire son pouvoir de la délégation que vous leur avez faite de votre propre pouvoir. Alors, retirez la leur quand vous êtes témoins d’abus de leur part. Du haut de sa connerie, ce policier s’est senti protégé par le pouvoir dont vous l’avez investi, et vous chers ”badauds”, l’avez laissé s’en tirer. C’est à en crever de courroux, tout bonnement! Ce mythe de l’intangibilité de la tenue doit être balayé de la conscience collective. Que les gens s’imprègnent de leurs droits, c’est leur devoir. Nous sommes nombreux à croire que nous devons rester passifs face aux abus de ces ”’connards” car c’est comme ça que ça doit être. Ce sacrilège ne peut prospérer davantage. En choisissant de ne pas connaitre de nos droits, on participe avec un degré de complicité pervers à cette couillonnade.

Vous devriez en avoir marre de votre ignorance. Cet état de fait qui caractérise la légitimité de ces abus à votre égard est désormais bonne pour être précipité aux oubliettes. Le savoir ne détient pas tout le pouvoir mais il en est l’actionnaire majoritaire. Refusez votre ignorance, annihilez en vous, votre condition de ”KHARR” (Mouton). le Léviathan social éclairé, dépasse et de loin ces petites prérogatives accordées à ces ”Kagnas”

SEN PETIT SENEGALAIS

METRODAKAR