C’est ce lundi 13 janvier que s’ouvre à Paris le procès de l’ancien patron sénégalais de l’IAAF, la Fédération internationale d’athlétisme, de 1999 à 2015. Lamine Diack est poursuivi pour corruption, abus de confiance et blanchiment en bande organisée, notamment pour son implication présumée dans système de corruption voué à protéger des athlètes russes dopés.

À ses côtés, cinq autres acteurs présumés dont son fils, Papa Massata Diack qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Actuellement à Dakar, il sera représenté par des avocats.

Le quotidien Libération qui traite de cette affaire rapporte dans sa livraison de ce lundi que l’Iaaf, présidée par Sébastien Coe, réclame 24,6 millions d’euros de dommages et intérêts à l’ex-patron de l’athlétisme mondial et Cie, bien que le total des dommages soit estimé à 41 millions d’euros.