Cote-d’ivoire : Il se transforme en serpent, tue sa victime et se fait lyncher par la foule

Une scène des plus rocambolesque s’est déroulée dans la nuit du dimanche 10 mars au lundi 11 mars 2019 dans la sous-préfecture de Guessiguié, une localité située à plus d’une vingtaine de Km d’Agboville.

D.N, jeune homme, la trentaine révolue, du quartier 1 de Guessiguié, connu pour ses pratiques macabres, dans cette localité d’environ 13 000 âmes, n’aura pas eu, pour cette fois, la vie sauve.

De fait, révèle notre source, le malveillant personnage serait sérieusement impliqué dans la mort d’une fillette répondant aux initiaux de M.M, alors que cette dernière revenait du champ, à la recherche de bois de chauffe.

La malheureuse, élève en classe de CM2, à l’école primaire publique du quartier 2 de Guessiguié, s’est fait mordre par un serpent avant de succomber quelques heures plus tard. Ce malgré les soins qu’elle aurait reçu au centre de santé urbain de la localité et d’autres traitements traditionnels.

Peu de temps après, le décès de la gamine, poursuit notre interlocuteur, tel un homme frappé par un esprit, D.N adopta une attitude quelque peu bizarre. « Je n’ai rien fais d’autres, j’ai été seulement missionné. Les autres n’y arrivaient pas, ils m’ont seulement donné la caution de l’exécuter. Et là je me suis transformé en serpent et je l’ai mordu à 3 reprises », se lamentait-il. Mais de quoi parle ce sorcier ? qui sont ces autres ? s’interrogeait son entourage.

C’est plus tard, vers 21 h, que le quartier 1 de Guessiguié apprendra la nouvelle du décès de la petite M.M des suites d’une morsure de serpent. « Toute suite, on met la main sur le malveillant personnage afin qu’il puisse nous dire ce qu’il s’est réellement passé », confie notre informateur.

Le lendemain, vers 10h, le corps de M.M prend la direction du quartier 1, première étape d’une longue scène de course poursuite à la recherche de ses malfaiteurs. D.N sera tout de suite livré, avec lui tous les « sorciers démasqués », dont le père de la fillette. Ces derniers seront lynchés par la foule. D.N ne résistera à cette bastonnade à l’instar de ces complices qui ont eu ce jour, la peau plus dure que lui. Il succomba plus tard de ses blessures.

Ses parents, résident du village, rapporte-t-on, n’auront rien à foutre avec « le corps de quelqu’un qui a été la source de leur malheur durant plusieurs années ». Informé, la gendarmerie de la brigade d’Agboville se rendra sur les lieux pour le constat d’usage, puisqu’il n’y a eu aucun plaignant, et que les prouesses maléfiques de D.N avait traversé les frontières de Guessiguié.