Tabaski 2018: Marché Castor – Les commerçants ‘poussent’ les clients à se tourner vers Auchan

L’Aîd Al Kabîr approche à grand pas. A moins d’une semaine de la fête de la Tabaski, le prix du sac de pomme de terre et celui de l’oignon subit une hausse considérable. Au marché Castor, où une équipe de PressAfrik s’est rendue ce jeudi 17 août, les commerçants ont décrié le retard noté dans l’approvisionnement en légumes importés. Sans oublier la rareté des clients qu’ils expliquent par l’implantation de la grande surface Auchan. Cette dernière s’est révélée être une aubaine pour le consommateur sénégalais du faix de ses prix très abordable.

Jeudi 16 août 2018, il est 11 heures au marché “Castor” de Dakar. Le soleil est d’humeur tendue dans ce lieu très prisé par les consommateurs sénégalais. Surtout en cette période de veille de fête de Tabaski. Mais ce n’est pas encore le grand rush. Les clients viennent petit à petit pour s’approvisionner.
Des sacs d’oignons et de  pomme de terre superposés campent le décor des boutiques. Par terre, les vendeurs de condiments jalonnent la rue, disponible à quantité suffisant et au prix abordable. Tandis que d’autres portent au cou leurs étals en faisant le tour du marché, et ce pour convaincre les clients de passer à l’acte .

Les commerçants réclament la levée du gel des produits importés
Les commerçants sont unanimes et formels. Si l’Etat ne lève pas la mesure d’interdiction des produits importés (pomme de terre, oignon),  les prix vont des sacs de pomme de terre et d’oignon vont flamber. Pour cause, la production nationale ne peut pas satisfaire la demande en cette période. Et surtout sa qualité ne permet pas une longue conservation.

« La pomme de terre est actuellement entre 400 et 450 Fcfa le kilogramme, le sac varie entre 8500 Fcfa et 9000 Fcfa. L’oignon à 450 Fcfa le kg et le sac à 8500 Fcfa », indique ce commerçant qui préfère garder l’anonymat.

Assis prés du dépôt de légumes, Dioguaye Diouf règle la facture de son bailleur qui est venu lui livrer la commande de ses sacs de pomme de terre d’ajouter que « pour l’instant il n’y a que la pomme de terre et l’oignon locaux qui, difficile à conserver, sont disponibles sur le marché. Les prix ne sont pas les mêmes et ce, à cause de leur rareté. Nous attendons toujours ceux de la France pour assurer l’approvisionnement de nos clients pour la fête de la Tabaski qui arrive. Si cela n’est pas fait dans les jours à venir, attendez-vous à ce que les prix augmentent. Et ça ne sera pas de notre faute », assure-t-il.

Il est aussitôt interrompu par son compère Bocar Fall assis sur ces sacs, l’interpellant pour dire « le ministre nous a demandés de respecter les prix qui sont en vigueur sur le marché, lors de sa dernière visite. Et quiconque augmentent les prix, que ce soit la pomme de terre ou l’oignon, tombera sous le coup de la loi. Parce que la levée du gel de l’importation ne sera effective qu’après la Tabaski », aurait-il avertit.

Les clients se tournent vers Auchan
Mais derrière ce remue-ménage, se cache l’inquiétude des clients. Croisé dans la boutique de Mbaye Diagne cette dame du nom de Arame Ka exprime son angoisse . « L’oignon est déjà cher, la pomme de terre on ne le voit même pas. Et puisqu’à Auchan les prix sont abordables, que les commerçants s’attendent à ce qu’on s’approvisionnent là-bas », menace-t-elle.

Aminata Diouf embouche la même trompette. « A l’approche des fêtes, les commerçants on toujours la manie d’augmenter les prix des denrées de premières nécessités. Ces commerçants sont nos frères, mais aussi comme nous n’avons pas les moyens, on préfère aller à Auchan pour s’approvisionner. »

Croisée au marché Castor, Anta Touré qui tient sa place au marché Cator, ne fait pas dans la langue de bois pour expliquer la rareté des clients.  Selon elle, cette situation  est due à la présence d’Auchan non loin des lieux. « Vraiment Auchan nous pourri la vie. A cette heure l’ambiance du marché était tellement rude et les clients s’empressaient d’acheter nos produits. Maintenant avec Auchan à notre coté, rien ne va », se désole-t-elle.

Le retard de la levée de gel de l’importation des produits agro-alimentaires importés fait qu’il y a beaucoup de spéculations qui impactent nécessairement sur les prix.  A cela ajoute la pomme de terre produite au Sénégal qui en plus ne remplit pas les normes de qualité, pourrait être une source  divergence entre les ménagers et commerçants.

PARTAGER

Laisser une réponse

S'il vous plait, saisissez votre commentaire
S'il vous plait, saisissez votre nom ici