Instituts privés/Etat: La mésentente prédomine toujours

Leur situation plus qu’hypothéquée, les étudiants du privé n’ont qu’à prier pour que l’Etat s’acquitte de sa dette envers les écoles privées. Mais pour l’instant c’est la mésentente qui domine.

Les étudiants orientés vers le privé croisent les doigts afin que l’Etat et le Cadre unitaire des organisations des établissements privés d’enseignement supérieur (Cudopes) trouvent un terrain d’entente. En effets, ces organisations ont reçu des contre-propositions afin d’éponger la dette qui les empêche de retrouver le chemin des amphis.

A en croire Daour Diop, porte-parole du Cudopes, aucun accord n’a encore été trouvé : «Il n’y a pas d’accord. Ils nous ont fait des contre-propositions et au courant de la semaine prochaine, les organisations vont se réunir pour les apprécier. Pour le moment, rien n’a été signé», indique-t-il sur Sud Fm.

Les étudiants orientés dans ces écoles privées ont été exclus de ces entités depuis le mois d’octobre dernier. Au nombre de 40 000, ces étudiants qui ne savent plus à quel saint se vouer organisent des manifestations régulièrement pour presser l’Etat qui a épongé moins de la moitié des 16 milliards qu’il doit à ces structures, de régler le problème.