​Interrogé sur des écrits mentionnant le Sénégal, le présumé jihadiste refuse de répondre

Le jihadiste Djamel Beghal, a été entendu par les enquêteurs de la cellule anti terroriste sur le drôle d’agenda retrouvé dans sa cellule dans lequel il faisait référence à la visite de Macron au Sénégal. Ce, avant d’être expulsé par la France vers son pays d’origine, l’Algérie, après plusieurs années de détention. Mais le mentor des frères Kouachi n’a fourni aucune réponse sur les questions qui lui ont été posées.

À l’interrogatoire, les policiers lui ont posé la question de savoir : « A la suite de la perquisition dans votre cellule, il a été découvert un agenda 2018 […] pour la journée du 2 février 2018, il est fait mention au crayon à papier de Monsieur Macron qui s’engage à ouvrir des écoles au Sénégal et en Tunisie, ainsi que de la lutte anti-djihad au Sahel ». Mais Monsieur Beghal reste sans réaction.

L’officier de police de poursuivre : « Il est également mentionné la situation de «Tariq» qui est mis en examen pour viols. On comprend qu’il s’agit de Tariq Ramadan. Nous vous donnons lecture d’une partie des écrits le concernant : « Première nuit en prison pour découvrir le ‘’système mécréant’’ qu’il défendait bec et ongles, et l’injustice, et les accusations, et mépris qu’il jetait sur les djihadistes et les takfiris (courant sectaire qui justifie l’excommunication et l’assassinat des mauvais musulmans, à leurs yeux). Que doit-on comprendre par cet écrit ? ». Là aussi le terroriste présumé n’a fourni aucune réponse. Il a tout juste condamné les attentats commis par les frères Kouachi dont il fut le mentor en prison, livre « Libération ».

pressafrik

PARTAGER

Laisser une réponse

S'il vous plait, saisissez votre commentaire
S'il vous plait, saisissez votre nom ici