Saer Kébé, condamné pour un post facebook, a tenté de se suicider

Saer Kébé, l’élève en classe de Terminale S, âgé de 21 ans à l’époque, à qui il est reproché d’avoir menacé l’ambassade des Etats-Unis à Dakar, par un post sur la page Facebook de la représentation diplomatique, observe depuis lundi(3 Décembre 2018) une grève de la faim.
A l’instar des «Thiantacounes» et d’autres détenus, il proteste contre sa mise en détention préventive depuis fort longtemps. D’après un de ses proches, Saër Kebé a tenté de se suicider en cellule. D’après notre interlocuteur, il aurait tenté de se pendre à l’aide d’une corde.

Toutefois, l’un de ses conseils Me Assane Dioma Ndiaye, joint par «L’As», dit ne pas être au courant de la tentative de suicide. Cependant, il renseigne que le jeune homme observe une grève de la faim depuis lundi dernier et que son père qui va lui rendre visite aujourd’hui va faire tout son possible pour le dissuader de continuer la diète, a-t-on appris.

Pourtant, l’année dernière en novembre, il avait été annoncé que Saer Kébé pouvait rejoindre les siens. Me Ndiaye confirme que la défense de l’élève avait bel et bien reçu un avis relatif à une liberté provisoire mais le greffier leur a dit qu’il s’agissait d’une erreur.

Cependant, il faut rappeler que le dossier est bouclé et il y a une ordonnance de renvoi devant la chambre criminelle mais l’audience tarde à être fixée. Pour rappel, Saer Kebe a été inculpé pour apologie du terrorisme, activités terroristes et association de malfaiteurs. Quelques jours après les attentats de Paris, il avait, sur le site de l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal, proféré des menaces.

Le jeune homme aurait appelé les musulmans à commettre des attentats contre les Américains et les ressortissants américains. Saër Kébé qui a séjourné dans les prisons de Mbour, Rebeuss et au Pavillon Spécial, est actuellement incarcéré à Maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel. Nos tentatives de joindre l’administration pénitentiaire sont restées vaines.

RÉPONDRE

Mettre en ligne votre commentaire
Entrer votre nom s'il vous plait