Le film des scandales du faux Kocc: des vidéos dans lesquelles des femmes lui massait…

Les dépositions faites à Libération font froid dans le dos. Modou Dièye qui se faisait passer d’après le journal Libération pour le vrai Kocc Barma, l’administrateur de Kocc Barma a pu coucher avec plusieurs filles en les faisant chanter. Déféré hier au parquet pour collecte illégale de données à caractère personnel, menace de diffusion de données personnelles et chantage.

Trois des victimes présumées filles class du Dakar des Sunlights ont accepté de déballer devant les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic). Modou Dièye enfant sans scrupule leur racontait sa vie pour mieux les ferrer. Collectionneur de voitures, vendeur de véhicules par là, collectait des photos et vidéos de jeunes filles.

Ensuite, il les contactait via snapchat ou d’autres applications avec un profil identique à celui de «Kocc Barma» (un homme en capuche noire)en leur affirmant qu’il avait leur vidéo intime avant de promettre de les supprimer si elles couchaient avec lui. Une fois que les victimes paniquent et cèdent, ils les invite dans une chambre d’hôtel, couche avec elles tout en prenant soin de filmer la scène. Et, ainsi de suite, il revenait à la charge chaque fois qu’il avait besoin de satisfaire ses d3sirs s3xu3ls si ce n’est pour exiger de l’argent à ses victimes qui se re- trouvaient doublement piégées.

Modou Dièye, qui a aussi des connaissances très poussées en informatique, a reconnu intégralement les faits. Mieux,il a précisé qu’il collectait les vidéos et les montait pour leur donner un caractère pornographique sur le snapchat du pseudonyme de «KoccBarma». Ilutilisaitaussides applications très nuisibles pour «p3nétrer» dans les téléphones des victimes et capturer leurs photos. Sur un de ses téléphones par exemple, les enquêteurs ont trouvé plusieurs vidéos dans les- quelles des filles lui massait les parties 1ntimes ou lui suçait le s3x3. Malheureusement, plusieurs victimes n’ont pas osé de signaler pour ne pas «ternir leur image»…