En visite au Burkina cette semaine pour participer au Festival «Ciné droit libre», le rappeur sénégalais Didier Awadi en a profité pour solder quelques comptes avec les autorités françaises. Il a ainsi recadré Emmanuel Macron qui a récemment dénoncé un «sentiment anti-français» en Afrique.

Connu pour être un artiste engagé, Didier Awadi ne change pas. Le rappeur et activiste sénégalais l’a encore prouvé ce week-end au Burkina Faso où il séjourne dans le cadre du Festival «Ciné droit libre». Interpellé sur les relations entre la France et l’Afrique, notamment à propos du franc Cfa et de ce que le président français a qualifié de «sentiment anti-français» qui se développerait en Afrique, Didier Awadi est allé droit au but en attaquant frontalement Emmanuel Macron.

«Quand il parle de sentiment anti-français, il n’y a pas de sentiment anti-français. Il ne faut pas que Macron joue avec les mots, essaie de nous donner un problème de conscience. Ce n’est pas vrai», martèle Didier Awadi. Avant de préciser : «Il n’y a pas de problème entre les citoyens africains et français. Il y a un problème par rapport à la monnaie coloniale. Nous disons que pour notre souveraineté, elle (la monnaie, ndlrn’a rien à faire avec l’ancienne puissance colonisatrice.» De l’avis de l’artiste sénégalais, si la Gambie, le Cap-Vert peuvent gérer leur monnaie, «nos pays aussi peuvent gérer leur monnaie». «On n’est pas plus enfant qu’un autre. Pourquoi on veut nous faire croire qu’on ne pourra pas ?», s’interroge-t-il.

S’adressant à certains dirigeants africains, il fustige : «On nous infantilise et on accepte d’être infantilisé tous les jours. Vous pensez que la France va accepter de déléguer sa responsabilité par rapport à sa monnaie ? Alors pourquoi elle ne nous laisse pas faire exactement la même chose ?» Non sans insister : «Ce n’est pas contre le peuple français, mais plutôt contre des systèmes. Il ne faut pas qu’on oppose les peuples. Il n’y a pas de racisme. C’est une question de souveraineté.»

igfm