Menaces sur la laïcité : Faut-il retirer l’agrément à Ste Jeanne d’Arc ?

Après plusieurs négociations entre le ministre de l’Éducation et la direction de l’Institution Sainte Jeanne d’Arc, une autre rencontre, certainement la dernière, est prévue ce mercredi 11 août dans le but de trouver une solution. Dans un Etat de doit, un règlement intérieur ne saurait être au-dessus de la Constitution qui consacre les principes de la laïcité. Autrement, si les deux parties ne parviennent pas à un accord, la fermeture de l’école catholique risque d’être la seule porte de sortie de crise.

Menaces sur le dialogue Islamo-chrétien

L’interdiction du port du voile à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc représente une véritable menace face aux principes de la laïcité, malgré le fait que le Sénégal soit un pays à dominante musulmane à 95%. Avec un code de vie commune vieux de plusieurs décennies qui a donné lieu à un dialogue Islamo-chrétien dynamique et inclusif. Il est vrai que l’école est sous l’autorité de la Congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny, qui ont établi avec la direction, un règlement « inviolable ».

Une mesure impopulaire

Mais même le radicalisme qui s’est développé au niveau de certains pays, a laissé une porte ouverte à la tolérance entre disciples et fidèles de croyances opposées. Pour reparler du cas des élèves voilées de l’école Sainte Jeanne d’Arc de Dakar,  la question du règlement intérieur appelle un questionnement. Pourquoi avoir attendu la veille de l’année scolaire 2019-2020 pour se braquer totalement contre le voile ? Une mesure parmi celles prises en compte dans le règlement intérieur de l’Institution et qui divise naturellement élèves et parents d’élèves. Mais aussi les Sénégalais épris de liberté de culte et de démocratie théologique.

Voix discordantes

Si l’Union nationale des parents d’ »élèves de l’enseignement catholique du Sénégal (Unapecs) a apporté son soutien à la direction de l’école, on enregistre une voix discordante depuis Tivaouane la Sainte, par celle du Khalife Serigne Mbaye Sy Mansour qui a haussé le ton, demandant même à l’Etat de fermer cette école qui fait l’objet d’une actualité plus que sensible. Le guide religieux a même demandé aux députés de se pencher sur ce problème.

L’ISJA face à des mesures conservatoires de l’Etat

Après plusieurs conciliabules entre le ministère de l’Éducation et les autorités de l’établissement catholique, une autre rencontre bi partite  est prévue aujourd’hui (mercredi 11 août) pour arriver à une solution. Au cas où la direction ne consentirait pas à un accord avec le gouvernement, c’est fort à croire que les deux (2) parties seront dans une impasse que nul ne souhaite. Devant l’éventualité d’un désaccord, l’institution Sainte Jeanne d’Arc court le risque d’être fermée ou tout au moins, l’Etat pourrait la placer sous administration.

Senego