C’est une métaphore. Une allégorie. C’est une histoire pas vraie, mais plus réelle, que réelle. C’est tout simplement une apocalypse pour temps sombres. Les images sont à la fois choquantes et honteuses. Des dizaines de jeunes, dont des fillettes, meurent comme des mouches en haute mer. Pathétique.
Cette «tragédie nationale», comme le regrette Barrow, est vraiment «insupportable», d’après Macky Sall. Seulement, au-delà des lamentations, traditionnelles mises au point, qu’est-ce que les renseignements de nos deux pays ont fait pour capoter une telle mafia internationale. Inquiétante.
Sénégalais et ‘’mbokka’’ Gambiens, apparemment unis pour le meilleur et pour le pire, ont pu organiser, en catimini, un tel périple sur l’Atlantique, mer meurtrière.
L’eau, douce comme salée, est source de vie. Donc, vouloir le priver à des millions de compatriotes pour des intérêts personnels, c’est aussi signe d’un véritable courage syndical. Alors, comme il l’a fait avec le personnel de la Sde, Macky doit aussi mettre de l’eau dans le vin des convoyeurs. A défaut de réussir l’éternel pari de l’emploi des jeunes. En attendant les futures nouvelles promesses, que ces naufragés reposent en paix.  

Salla Gueye, journaliste à Seneweb