Faits divers

Ndombour Founé avoue ” J’ai étranglé le bébé jusqu’à ce qu’il meurt”

C’est un récit foudroyant qu’a fait la dame Ndombour Founé accusé d’avoir tué son enfant après son accouchement. Les faits se déroulent à l’année 2015. Divorcée et mère de enfants, l’accusée a quitté son Gandiaye natal pour déposer ses baluchons à Dakar, chez sa grande sœur pour chercher du travail.

Dans la capitale, Ndombour a eu une relation amoureuse avec un homme avec qui elle entretenait des rapports sexuels à plusieurs reprises jusqu’a tomber enceinte. Assaillie par la honte, elle a peur de s’en ouvrir à sa sœur et préfère garder sa grossesse en secret.

Pour en rajouter à sa peine, son partenaire se débine. L’homme de ses rêves lui fait vivre un cauchemar en refusant la paternité de la grossesse avant de l’abandonner. « J’ai accouché dans la rue. Je ne savais pas quoi faire de l’enfant. Quand j’ai accouché du bébé, je l’ai étranglé jusqu’à ce qu’il perde le souffle », a avoué la dame devant le tribunal avant de fondre en larmes. « J’avais peur et j’avais honte. Je ne voulais pas que mes enfants et ma sœur soient au courant de la grossesse », ajoute-t-elle en sanglots. « J’ai fait 4 ans 1 mois en prison. Je demande pardon. Je veux rentrer chez moi, auprès de mes enfants », implore-t-elle.

Le parquet, estimant que les faits de l’espèce sont d’une gravité extrême, a requis 15 ans de travaux forcés contre l’accusée. L’avocat de la défense a plaidé la clémence. L’affaire est mise en délibéré pour jugement. Le verdict sera rendu au 14 janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Désactivez s'il vous plaît votre bloqueur de publicité pour consulter cet article

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité