Révélations : 4 milliards pour un penthouse, 1,4 milliard pour un jet privé…la vie de pacha de Kabirou aux frais de Wari

Son différend avec la société Millicom à propos de la vente de Tigo, a fait couler beaucoup d’encre. De même que ses conflits avec ses employés sans oublier les accusations de détournement d’objectifs et d’accaparement de la boîte, portées par d’anciens partenaires et associés. Mais à propos de Wari, les sujets sont divers, concernant surtout son directeur général Kabirou Mbodje, un homme aux multiples facettes.

Aux origines même de la société Wari, jaillit une nébuleuse, jusque-là non élucidée. Au directeur général de la société de transfert d’argent à succès, d’anciens compagnons ou partenaires, reprochent de s’être approprié Wari à leurs dépens et, y est désormais le seul maître à bord. L’avenir percera certainement ce mystère.

Penthouse à Paris pour 7 200 000 euros, et payé 10% par son notaire

Penthouse à Paris pour 7 200 000 euros, et payé 10% par son notaire.

Mais en attendant, le site Leral LEAKS qui a exploité les données personnelles du patron de Wari, documents à l’appui, dresse le portrait d’un personnage aussi fantasque qu’inquiétant de Kabirou Mbodje. 

Les chiffres de Wari faussement gonflés 

Le site Leral LEAKS qui rappelle que Wari a toujours soutenu enregistrer un million de transactions par jour, pour affirmer son leadership dans le domaine du transfert d’argent, publie un document qui prouve que ces chiffres sont faussement gonflés. Un document sur l’examen de performance interne de 2017 de Wari, montre, à cet effet, que sur tout le mois de septembre 2017, par exemple, la société n’a enregistré que 7 millions de transactions. Durant les 4 premiers mois de 2018, Wari a enregistré une baisse de ses activités de 11% par rapport à 2017. En effet, une note interne d’un responsable de Wari adressée à Kabirou Mbodje qui alerte sur ce problème. 

4 milliards pour un penthouse, 1,4 milliard pour un jet privé…la vie de pacha de Kabirou aux frais de Wari 

A travers la société Smartworlds qu’il a créée, régulièrement financée par Wari, Kabirou Mbodje mène une vraie vie princière depuis plusieurs années, selon Leral LEAKS. Une fortune dépensée pour des voyages répétés entre Ibiza en Espagne et Tulum au Mexique, à bord d’avions privés. 
Un séjour de quelques jours dans un hôtel de luxe parisien a, par exemple, coûté 17 000 euros (11 050 000 FCFA). Entre janvier et mars 2018, le patron de Wari a envoyé 5500 euros (3 5757 000 FCFA) à sa fille Keza, en Espagne, et 13 000 dollars (7 553 000 FCFA) à son fils Kysma à Montréal, au Canada. 
On notera, entre autres dépenses, des sommes d’argent importantes envoyées à une personne inconnue au Liban ou l’achat d’une Mercedes classe S à une amie habitant Paris. Mais le must est sans nul doute, l’achat d’un penthouse à Paris pour 7 200 000 euros (plus de 4 milliards FCFA). Kabirou Mbodje s’est également offert un jet privé pour 2,5 millions de dollars, près de 1,4 milliard FCFA, révèle toujours Leral LEAKS. 
Pourtant à cette même période, au début de l’année 2018, où Kabirou Mbodje effectuait de telles dépenses, il était en conflit avec pas moins de 24 de ses employés à Dakar, à qui il proposait un départ négocié, évoquant des difficultés de trésorerie. 

A lire aussi:  Gestion de l'eau au Sénégal : la SDE définitivement écartée

L’argent mystère à Wari 

Preuve que la gestion est nébuleuse à Wari, selon Leral LEAKS, le site publie un document intitulé « Solde de compense inexpliqué » dans lequel, un responsable adresse une note à Kabirou Mbodje en personne, à la date du 22 février 2018, faisant état d’une somme de 1 350 000 000 FCFA qui n’avait pas été répertoriée par la compense. 
Et le responsable de suggérer dans sa note, « sur 2017, il faudra trouver le moyen de nettoyer les soldes significatifs des comptes interlinq dans la comptabilité de Wari ». 

Une note aussi opaque que la gestion de Wari, pourtant citée parmi les success story les plus aboutis.

*Un penthouse (ou « appartement-terrasse ») est un appartement ou une suite d’hôtel haut de gamme situé au dernier étage d’un immeuble ou d’un palace.

Photo Vu de l'appartement de 7 200 000 euros, et payé 10% par son notaire
Photo Vu de l’appartement de 7 200 000 euros, et payé 10% par son notaire

Leral