Politique

Transhumance: “La majorité mise sur les leaders mais ce n’est pas suffisant parce que ces leaders, quelque part, sont discrédités”

L’analyste politique Moussa Diaw trouve des limites à la stratégie de la coalition au pouvoir qui est de recruter les leaders de formation politique de l’opposition pour se renforcer en direction de la Présidentielle. Selon l’enseignant chercheur en Sciences politiques à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, les leaders qui rejoignent la majorité, sont pour l’essentiel discrédité aux yeux de l’opinion.

“Quand vous entendez les uns et les autres, c’est vrai que la majorité mise sur les leaders mais ce n’est pas suffisant parce que ces leaders, quelque part, sont discrédités de par leur changement d’attitude aux yeux de  l’opinion et des citoyens”, explique Moussa Diaw.

Pour ce qui est de l’opposition, l’enseignant chercheur Moussa Diaw soutient que les formations de coalition ne vont pas poser problèmes pour plusieurs raisons.

“Par contre, on sait que les coalitions au niveau de l’opposition par l’intégration des recalés ne vont pas poser des problèmes sauf bien sûr pour ce qui est de la possibilité de s’ouvrir aux autres et les intéresser par rapport à un programme et par rapport aussi aux liens affectifs qu’il y a puisque, naturellement, certains leaders de l’opposition peuvent se parler et d’autres sont en train de jouer le jeu politique”, a analysé Moussa Diaw, enseignant chercheur en Sciences politiques à l’UGB.

METRODAKAR

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Désactivez s'il vous plaît votre bloqueur de publicité pour consulter cet article

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité