Qu’est-ce qui est jaune, qu’on scotche au mur, qui vaut 120.000 dollars et qu’on peut manger ? Une banane, vendue pour ce prix par un artiste, et qu’un autre artiste s’est fait un plaisir de dévorer, afin de choquer le bourgeois.

Intitulée Comedian, «l’œuvre», un simple fruit accroché à un mur par l’Italien Maurizio Cattelan, avait été acquise par un collectionneur français pour cette somme. Elle était exposée samedi à l’exposition d’art contemporain Art Basel à Miami Beach (Etats-Unis) quand un visiteur a décidé d’un happening.

Comme le montre une vidéo sur son compte Instagram, David Datuna, qui se décrit comme un artiste américain d’origine géorgienne installé à New York, décolle la banane du mur blanc, la pèle et la mange devant une foule de curieux. Son geste, il le voit comme une «performance artistique» qu’il intitule Hungry Artist (Artiste ayant faim). Il s’est ensuite fait escorter à l’abri des regards par la sécurité.

LA BANANE REMPLACÉE 15 MINUTES PLUS TARD

Le préjudice n’est que très relatif, selon la galerie Emmanuel Perrotin, qui a vendu Comedian. «Il n’a pas détruit l’œuvre. La banane, c’est l’idée», a expliqué son directeur des relations avec les musées Lucien Terras, au quotidien Miami Herald. Toute la valeur réside en effet dans le certificat d’authenticité, le fruit étant censé se faire remplacer régulièrement plutôt que de pourrir. D’ailleurs, au bout d’un quart d’heure une nouvelle banane était scotchée au mur.

«Cela a amené beaucoup de tension et d’attention sur l’installation et nous ne sommes pas fervents du spectacle», a ajouté M. Terras. «Mais la réaction a été fantastique. Cela donne le sourire à beaucoup de gens». Maurizio Cattelan est surtout connu pour America, des toilettes en or 18 carats qui fonctionnent, avec siège, cuvette et chasse d’eau de rigueur. Cette œuvre, qui vaut cinq à six millions de dollars, a disparu depuis qu’elle a été volée en septembre au palais de Blenheim, un château à Woodstock (sud de l’Angleterre).