Vous êtes-vous déjà réveillé en étant incapable de bouger ? On vous explique pourquoi

Plusieurs d’entre vous en déjà vécu cette expérience effrayante pendant leur sommeil. Vous vous réveillez, complétement paralysé, incapable de bouger votre corps ou d’émettre le moindre son. Vous ressentez une forte pression sur votre poitrine, essoufflé, vous avez le corps alourdi et avez l’impression d’être en danger. C’est en réalité un phénomène assez courant connu sous le nom de paralysie du sommeil. Plus d’explications dans cet article.

Le sommeil
Il y a quatre stades de sommeil : le sommeil non-REM (mouvement rapide des yeux) qui comprend trois stades et le sommeil paradoxal. Les périodes d’éveil se produisant en intermittence au cours des différentes phases ou lorsqu’on change de position.

La phase 1 est la plus légère du sommeil non-REM. Elle est définie par des mouvements oculaires relativement lents et peut être facilement perturbée, provoquant ainsi des réveils ou du moins des éveils.

Lors de la phase 2, les ondes cérébrales continuent de ralentir avec des éclats spécifiques d’activité rapide appelés fuseaux de sommeil, entremêlés avec des structures de sommeil communément appelés complexes K. La température du corps commence à baisser, le rythme cardiaque à ralentir.

La troisième phase est appelée sommeil profond non-REM. C’est en fait l’étape la plus réparatrice du sommeil. Les réveils sont rares et il est souvent compliqué de réveiller quelqu’un lors de cette étape du sommeil.

Le sommeil paradoxal est la phase des rêves. Les mouvements oculaires sont rapides et les réveils peuvent se produire plus facilement.

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil ?
La paralysie du sommeil est en fait la sensation d’être conscient mais d’être incapable de bouger son corps ou de parler. Effrayante, c’est en réalité, une expérience assez courante, un individu sur quatre sera amené à la vivre à un moment ou un autre de sa vie.

En fait, la paralysie du sommeil survient lorsque les caractéristiques du sommeil paradoxal s’immiscent dans l’état de veille. Plus clairement, elle se produit lorsque vous n’arrivez pas à faire la transition entre les différentes étapes du sommeil, principalement lors de l’entrée et de la sortie du sommeil paradoxal.

Vos muscles sont donc immobilisés, votre respiration altérée et la déconnexion entre le cerveau et les muscles du corps peut provoquer des symptômes terrifiants tels que la peur ou des hallucinations. C’est pendant le mouvement rapide des yeux, appelé REM, que le corps devient paralysé. Cette paralysie est une réaction biologique naturelle du corps qui se protège contre les blessures pendant le sommeil.

Pour mieux comprendre ce phénomène, imaginez qu’il existe deux états de conscience : celui où vous êtes endormi et celui où vous êtes éveillé. Lorsque la transition entre les deux états ne se fait pas correctement, certains éléments de conscience peuvent être préservés, pendant que les aspects du sommeil, tels que les rêves, commencent.

Certaines personnes sont plus susceptibles d’être sujettes à des paralysies du sommeil que d’autres. Il s’agit notamment de celles ayant des cycles de sommeil perturbés, ou celles souffrant de traumatismes ou de dépression.

Comment réagir en cas de paralysie du sommeil ?
Si cela vous arrive, la chose la plus importante à faire est de ne surtout pas paniquer. La paralysie du sommeil peut être effrayante, mais elle n’est généralement que temporaire et inoffensive.

Voici ce qu’il faut faire en cas de paralysie du sommeil :

Essayer de se calmer en se concentrant sur sa respiration pour que celle-ci retrouve un rythme régulier.
Pour contrer les hallucinations, il est conseillé de se concentrer sur une partie de son corps, un doigt ou un orteil et essayer de le bouger doucement. Cette astuce pousse le cerveau à focaliser sur la zone ciblée ce qui permettra d’éviter cette sensation de peur.
Comment prévenir la paralysie du sommeil ?

Pour faire face à la paralysie du sommeil, il est nécessaire de commencer par améliorer votre qualité de sommeil. Toutefois, voici quelques recommandations à suivre pour éviter ce phénomène :

Réduisez votre consommation d’alcool
Maintenez une routine de sommeil régulière
Ne mangez pas trop tard le soir
Consommez des aliments sains et équilibrés
Faites de l’exercice régulièrement
Réduisez votre stress et prenez soin de votre santé mentale

santeplusmag