Quant aux blessés légers, ajoutent la même source, ils ont décroché individuellement 200 000 francs. Là où les blessés sévères ont récolté 500 000 F CFA par tête.

Le journal de préciser que c’est l’opposition qui avait conseillé cette grille de répartition aux responsables du ‘’dahira Hizbout-Tarqiyyah’’ chargés de procéder au partage des 50 millions. On en sait un peu plus sur la répartition des 50 millions F Cfa que le khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké, a offerts aux familles des victimes des émeutes nées de l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr.

Selon Source A, chacune des familles des jeunes tombés au front a obtenu 2 millions F CFA, les blessés graves se sont tapés chacun 1 million F CFA.

10 leçon à retenir sur la distribution des 50 millions offerts par Serigne Mountakha Mbacké aux victimes lors des manifestations :

1) transparence :chaque famille décharge la somme reçue et un compte-rendu sera fait auprès du khalif général des mourides

2) fast trac :toutes les familles des victimes sont recensées et identifiées en moins de 20 jours sans aucune lourdeur administrative

3) efficacité : en une semaine, ils ont parcourus le sénégal en donnant chacun ce qu’il doit recevoir sans faire la demande

4) Sobriété :une délégation composée seulement de 3 Hizbou dont les deux gèrent les papiers administratifs et l’autre est le responsable moral des hizbous

5)la promotion des produits locaux: tout ce que les hizbous portent est fait au Sénégal : habits, chaucussures, makhtou…

6) le désintéressement: ils mettent toujours en avant dans leur discours Serigne bi et jamais leur propres personne. Ils ne prononcent même pas leur structure qui est Hizbou Tarkhiya. Contrairement aux politiciens qui ne mettent jamais en avant le Sénégal mais le président ou le responsable politique

7) l’égalité des chances : ils distribuent à tous les victimes sans exception le même montant

8)l’absence de favoritisme: ils distribuent à tous les victimes sans tenir compte de leur croyances religieuses

9) la promotion de la paix: tous ils portent des habits blancs qui symbolisent la paix et la pureté du cœur (alkhalbou Salim)

10) l’exception Sénégalaise : Les chefs religieux n’étaient pas des citoyens ordinaires, ils ne le sont pas et ils ne le seront jamais. Seul les chefs religieux sont capables de faire travailler des individus sans salaire ni carburant encore moins des indemnités de déplacements en plus ils le font sans aucune contrainte et ils le font avec une gaité indescriptible et inimaginable.

Partager.

Commenter