jeudi, janvier 21, 2021
Accueil Contributions Le loyer, un autre calvaire des habitants de Dakar (Par Mamadou Diallo)

Le loyer, un autre calvaire des habitants de Dakar (Par Mamadou Diallo)

Trouver un local à louer à Dakar est devenu plus difficile que trouver un emploi, malgré l’existence d’une loi sur la baisse des loyers depuis 2014. La loi portant baisse du prix sur le loyer a été promulguée depuis le 22 janvier 2014 mais son application pose d’énormes difficultés.

En effet, la réglementation en vigueur est foulée au pied par les bailleurs avec la complicité des intermédiaires, communément appelés courtiers. Ces derniers demandent aux locataires de verser une caution de 3 ou 4 mois à l’entrée. Ce montant n’est pas souvent remboursé aux locataires à la fin du bail ou en cas de résiliation du contrat.
C’est pourquoi, il urge de règlementer la prestation en matière de courtage et l’organisation des agences immobilières. On note trop d’arnaques avec ces intermédiaires. Je ne suis pas contre les courtiers, cependant, ils rendent en collaboration avec les bailleurs les locations hors de portée avec des conditions inacceptables et insensées.
Les prix du loyer sont fixés en violation flagrante des dispositions de l’article 572 du COCC.
En effet, cet article dispose en son alinéa 1er : « que le bail soit à durée déterminée ou à durée indéterminée, le montant du loyer est fixé par rapport à l’évaluation faite de la valeur de l’immeuble. »
Pourtant, une telle violation est sanctionnée par la loi n° 1981/21 du 25 juin 1981 réprimant la hausse illicite du loyer des locaux à usage d’habitation.
Par ailleurs, il importe de souligner que certaines conditions fixées par les bailleurs sont discriminatoires voire dépasser l’entendement.
Il en est ainsi, des bailleurs qui ne louent qu’aux étrangers même s’il y a des sénégalais qui disposent des ressources et manifestent leur désir de louer. Donc, les nationaux ont moins de droits que les autres dans leur propre pays. Peut-être que j’ai besoin qu’on m’explique car je n’arrive pas à comprendre ce sous-tend une telle discrimination.
Il s’y ajoute la discrimination à l’égard des couples ayant des enfants. Comment peut-on mettre en location un appartement et exiger que les locataires ne doivent pas avoir des enfants. J’ai vu récemment une annonce, tellement je n’y croyais pas, j’ai appelé le numéro pour vérification. Il était écrit « appartement 2 chambres salon plus cuisine, peut prendre couple de préférence sans enfant ou défaut un seul enfant ».
Finalement, il ne suffit pas seulement d’avoir de l’argent mais il faut en plus ne pas avoir d’enfant.
Il y a en outre des propositions de location du genre, chambre prenant jusqu’à deux personnes mais de préférence des personnes de même sexe. Et si c’est un couple marié sans enfant ? La liste n’est pas exhaustive.
Les autorités sont au courant de toutes ces situations et malheureusement aucune mesure n’est prise pour mettre fin à ces nombreuses violations flagrantes de la loi.