“Je sais qu’il était du Sénégal et j’ai gravé son regard perdu”. C’est le sentiment partagé de Luna Reyes Segura 20 ans, volontaire de la Croix rouge de Ceuta, en Espagne, qui a réconforté un émigré sénégalais, qui a réussi à rejoindre la plage de Tarajal à Ceuta, et lui a fait une accolade sans frontières. Sous le tollé des réseaux sociaux.

Cette volontaire de la Croix Rouge a réconforté un jeune sénégalais sur la plage. Cela a fait la une de tous les journaux et a affolé les réseaux sociaux, indique rtve.es, visité par Senego.

C’est normal d’embrasser quelqu’un

“J’ai son regard perdu gravé dans ma tête. Je sais qu’il était originaire du Sénégal et j’ai son regard perdu gravé dans ma mémoire. Ses yeux étaient très rouges. Je lui ai juste fait un câlin”, répète, encore, Luna Reyes Segura. Elle ne veut pas s’adresser aux médias car elle considère que “donner un câlin à quelqu’un qui demande de l’aide est la chose la plus normale du monde”.

Luna, estudiante de Integración Social y voluntaria de Cruz Roja, se ha convertido en un símbolo de esta crisis tras ser fotografiada abrazando en la playa a un recién llegado.

Ce câlin, une bouée de sauvetage

Luna se sent coupable de ne pas avoir pu empêcher le jeune sénégalais d’être renvoyé de l’autre côté de la frontière. Elle n’avait pas le temps de savoir s’il était dans une situation particulièrement vulnérable. Elle ne sait pas son nom, seulement qu’il est venu du Sénégal. Elle l’a vu pleurer comme un enfant en tenant la main de son ami, qui était apparemment inconscient.

“Ce câlin était sa bouée de sauvetage”, lance-t-elle. “Il pleurait, j’ai tendu la main et il m’a serrée dans ses bras”, décrit-elle. “Il est resté collé à moi comme une patelle. Ce câlin était sa bouée de sauvetage

Luna lynchée sur les réseaux sociaux

Luna est bouleversée par les réactions à son geste. Elle a reçu de nombreux témoignages de gratitude, mais aussi des insultes et des messages haineux sur les réseaux sociaux, parce que, souligne-t-elle, son petit ami est noir.

“On peut dire que tu aimes les grosses b…”, “que ferais-tu si tu étais seul avec quatre d’entre eux, ils te violeraient sûrement”, a-t-elle vu consultant son téléphone.

Cependant, une campagne sur les réseaux avec les hashtags #OrgulloLuna et #GraciasLuna tente de contrer les manifestations xénophobes et sexistes.

Partager.

Commenter