Dans le cadre du projet de loi sur les Séparatismes, Marlène Schiappa, la ministre française déléguée à la Citoyenneté a détaillé le volet  »dignité humaine », qui  »fait partie des valeurs de la République et des principes républicains ». Le volet a été présenté en 4  grands axes. Le dernier traite de la polygamie déjà interdite en France et précise que des titres de séjour ne seront plus accordés aux personnes polygames.

Le volet  »dignité humaine » présent dans le cadre du projet de loi sur les Séparatismes a été présenté par Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté. Ce volet s’articule autour de 4 grands axes:

L’interdiction des certificats de virginité 

Désormais, il ne sera plus possible, en France, de délivrer des certificats médicaux qui ne sont pas en lien avec la santé de la patiente. Cette mesure vise à faire cesser la délivrance de certificats de virginité car selon Marlène Schiappa,  »personne n’a à justifier de sa virginité ».

La lutte contre les discriminations basées sur le genre dans le cadre de la succession

Des jalons ont également été posés pour faire cesser la discrimination dont font l’objet les filles au profit des garçons sur la question de la succession.

La lutte contre les mariages forcés 

Le gouvernement français, dans le cadre du projet de loi sur les Séparatismes, entend renforcer la lutte contre les mariages forcés. Dans des études menées par certaines grandes ONG dont le GAMS, 200000 femmes vivent actuellement dans un mariage forcé en France.

La polygamie

En plus de l’interdiction dont la polygamie fait déjà l’objet en France, le gouvernement, dans le cadre du projet de loi sur les Séparatismes, n’entend plus délivrer de titre de séjour aux personnes polygames. Dans le cas d’un contrôle, lorsqu’une personne est prise en situation de polygamie, son titre de séjour lui sera retiré.

« On ne va pas interdire les plans à trois, l’infidélité, le polyamour, les trouples... »

Pour éviter une quelconque levée de boucliers, Marlène Schiappa a eu à cœur de « rassurer tout le monde« , tous ceux qui craindraient que ce projet de loi ne porte atteinte à la « liberté amoureuse, sentimentale et sexuelle » à laquelle est attachée la France. Et de préciser : « On ne va pas interdire les plans à trois, l’infidélité, le polyamour, les trouples... ». Voilà qui tranquillisera les adeptes de ces pratiques.

 

Metrodakar

 

 

 

Partager.

Commenter