Djiby Ndao, propriétaire de l’arme à feu utilisé par un lycéen pour abattre un menuisier-ébéniste brise le silence. Il a avoué aux enquêteurs qu’il ne disposait pas d’autorisation de port d’arme.

Il confie aussi, dans des propos repris par L’Observateur, avoir acheté l’arme du crime, un pistolet automatique de marque Taurus, auprès d’un ami établi en Europe.

Ensuite, il s’est procuré des munitions de calibre 22. Il justifie son port d’arme par le fait qu’il transportait souvent de fortes sommes d’argent dans son véhicule.

L’arme était gardée dans un étui dissimulé sous le siège passager avant.

Djiby Ndao, 36 ans, employé à La Poste, confesse qu’il avait armé le pistolet au moment de se rendre à l’AIBD pour accompagner un parent.

De retour de l’aéroport, il avait oublié de désarmer le pistolet. Il s’est rendu lui-même à la police pour se constituer prisonnier.

Partager.

Commenter