Dans une Interview accordée au Parisien, ce vendredi, reprise par plusieurs médias, Pauline Gueye a révélé comment elle a rencontré son mari, le footballeur sénégalais Idrissa Gana, sur les réseaux sociaux.

Pauline Gueye a accordé une interview au Parisien, ce vendredi 23 avril. L’épouse du footballeur Idrissa a accepté d’évoquer leur histoire d’amour et de revenir sur leur rencontre, assez étonnante. Auprès de nos confrères, la maman des petits Isaac (âgé de 2 ans) et Ismaël (qui a seulement 7 mois) a révélé qu’en 2011, le sportif « est tombé par hasard sur [s]on profil Facebook » et qu’il lui a « envoyé une invitation », qu’elle a « acceptée ».

Une amitié qui a évolué en love story

Après cette première approche complètement virtuelle, ils ont appris à se connaître et ont tissé des liens. Tout a commencé par un premier message d’Idrissa Gueye, à savoir : « Merci de m’avoir accepté comme ami ». Il n’en fallait pas plus pour séduire quelque peu la jeune femme. « J’ai trouvé ça trop touchant. Cela changeait des formules habituelles comme : ‘Salut, est-ce que ça va ?’ Nous avions, à l’époque, une relation amicale », a expliqué Pauline, qui a déménagé à Nantes pour « poursuivre [s]es études ». Les tourtereaux ont finalement commencé à se fréquenter en 2014, « à [s]on retour à Lille ». À ce moment-là, la future compagne de la star du ballon rond était en plein « Master en management et stratégie des entreprises ».

Une « carriériste » qui a son propre travail

« Quand il [son chéri, ndlr] a signé à Aston Villa l’année suivante, on a décidé de créer quelque chose de sérieux, mais la condition sine qua non était que je termine d’abord mes études », a révélé Pauline, qui tenait absolument à son diplôme. « Pendant un an, c’était un peu l’amour à distance », a précisé celle qui a obtenu son précieux sésame en 2016. Les amoureux ont ensuite pu vivre l’un auprès de l’autre en Angleterre, lorsque « Idrissa évoluait à Everton ». Loin de se contenter du salaire de son homme, Pauline « travaillait comme gestionnaire de compte pour une entreprise américaine de sous-traitance informatique ». « Hyper carriériste », elle a toujours tenu à son indépendance. Désormais mère de famille, elle travaille en tant qu’influenceuse par le biais de son compte Instagram, suivi par 83 000 personnes.

Partager.

Commenter