Société

Pour une histoire de s*xe mal négocié, le commerçant se fait passer à tabac et atterrit aux urgence

Pape A. Ndour, commerçant de son état, a failli passer de vie à trépas. Les faits ont eu lieu aux Almadies, dimanche dernier.

Ce jour, relate L’Observateur, Ndour, qui voulait satisfaire sa libido, compose le numéro de téléphone d’une proxénète. Il s’agit de A. Sané, qui détient un carnet d’adresses fourni de pr0stituées clandestines de luxe. Celle-ci prend les attaches d’une gracieuse fille de joie qu’elle met en relation avec Pape Ndour. Ce dernier se prélasse allégrement dans un appartement meublé qu’il a loué au Almadies.

Quelques instants après, il reçoit le «colis» que lui a envoyé la proxénète. Sans discuter du prix de la passe avec la prostituée, le commerçant passe à l’acte s*xuel. Après avoir assouvi sa libido, il remet 5000 Fcfa à la pr0stituée.

Celle-ci vide les lieux et s’en ouvre à A. Sané, qui furieuse de la modicité de la somme d’argent, joint le commerçant qui confirme le fait.

A. Sané, accompagnée de son amie T. Bâ, se rend à l’appartement loué par le commerçant. Elle verrouille de l’intérieur la porte de l’appartement et contacte deux gros bras de venir le rejoindre. Le commerçant sera vi0lenté et chassé de l’appartement. Ndour est attaqué par les gros bras, brutalisé et jeté par terre. Avant qu’il ne se relève, il reçoit un gros et imposant caillou sur la tête que lui a jeté la demoiselle T. Bâ. L’un des gros bras qui tenait une bouteille d’alcool lui en assène un vi0lent coup à la tempe. Il s’évanouit. Il n’a dû son salut qu’à l’intervention des vigiles et autres passants.

Il sera acheminé par les sapeurs-pompiers à l’hôpital Principal de Dakar où il est retenu en réanimation. Ses bourreaux ont été arrêtés et placés en garde à vue pour coups et blessures volontaires.