Ces dix dernières années, le Sénégal a fait des progrès plus que remarquables dans la réduction de son déficit en infrastructures routières grâce à une série de projets inscrits dans le Plan Sénégal émergent (Pse) pensé et mis en œuvre par le Président de la République, élu le 25 mars 2012 et réélu le 24 février 2019.

Ce plan de Macky Sall, qui met notamment l’accent sur la forte contribution des infrastructures et des transports à la croissance économique et à la satisfaction des besoins sociaux, s’illustre, de manière singulière, dans le nord du pays qu’il s’apprête à visiter. En effet, des centaines de milliards de francs Cfa investis dans les régions de Saint-Louis et de Matam ont carrément changé le visage de ces terroirs et considérablement amélioré le sort des autochtones. Le Soleil se propose de vous faire l’état des lieux.

RÉGION DE SAINT-LOUIS : 16 PROJETS, DONT 14 ACHEVÉS, D’UN MONTANT DE 239 MILLIARDS DE FCFA…

Le 11 juin 2012, moins de trois mois après son accession à la magistrature suprême, Macky Sall, de retour de Lomé où il participait au Sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), atterrit directement à Saint-Louis pour y présider, le lendemain, le premier Conseil des Ministres décentralisé de son magistère. À l’issue de cette réunion consacrée à la région, un programme d’investissement de quatre-vingt-dix-sept milliards six cents millions (97 600 000 000) de francs Cfa est arrêté pour le sous-secteur des infrastructures routières.

Et deux recommandations essentielles sont retenues : achever la construction du pont de Fanaye qui demeure une impérieuse nécessité pour permettre aux populations l’accès aux terres agricoles; rechercher auprès des Ptf (Partenaires techniques et financiers), qui accompagnent le Sénégal, le financement nécessaire à la réhabilitation des routes Ndioum-Ourossogui-Bakel longues de trois cent trente-cinq (335) kilomètres. 97,6 milliards de FCfa prévus, 239 milliards de FCfa réalisés : un taux d’exécution de 243%

Aujourd’hui, moins d’une décennie plus tard, l’homme a fait plus que tenir ses promesses : dans ce domaine des infrastructures routières, sur la période 2012 à 2021, Macky Sall a engagé seize (16) travaux herculéens, dont les quatorze (14) sont achevés. Ils se chiffrent à un linéaire de cinq cent soixante-seize (576) kilomètres de routes revêtues et six (06) ouvrages d’art construits, dont deux (02) en cours de travaux ; le tout pour un montant de deux cent trente-neuf milliards (239 000 000 000) de francs Cfa, soit un taux d’exécution exorbitant de deux cent quarante-trois pourcent (243%). C’est dire que les investissements réalisés sont largement supérieurs au programme d’investissement arrêté. Tous les projets retenus ont été réalisés.
Quid des seize projets précités ?

Ils renvoient, d’une part, aux travaux achevés portant sur quatorze (14) projets majeurs d’un montant de deux cent vingt-neuf milliards (229 000 000 000) de francs Cfa : Routes, ponts, voiries sur 576 km, six ouvrages d’art construits

– la construction de la route Saint-Louis-Richard Toll avec des aménagements connexes (143 km, 65 milliards de FCfa) ;
– la construction de la route de l’Hydrobase à Saint-Louis (4,1 km, 3,5 milliards de FCfa) ;
– la construction des ponts de Fanaye (150 m, 05 milliards de FCfa), de Ndioum (150 m, 6,8 milliards de FCfa), de la Geôle (160 m, 4,5 milliards de FCfa), de Halwar (150 m, 3,1 milliards de FCfa);
– la réhabilitation de la route Richard Toll-Ndioum (120 km, 27,5 milliards de FCfa) ;
– la construction de voiries urbaines à Saint-Louis (9,5 km, 07 milliards de FCfa) ;
– la construction d’un parking de cent trente (130) places au quartier Guett Ndar de Saint-Louis (07 milliards de FCfa) ;
– la construction de Ndioum-Goléré et Goléré-Thilogne, sections de route de la Nationale 2 Ndioum-Thilogne (137 km, 54 milliards de FCfa) ;
– 87 km de routes, de voieries et de pistes connexes réalisés de Ndioum à Ngaoulé en passant par Halwar, Démeth, Podor, Tarédji, Mbantou, Fondé Ass, Donay Walo, Halwar Diattar, et Thialaw, pour 28,9 milliards de FCfa ;
– la construction des routes Carrefour Nationale 2 -Médina Ndiathbé-Cas Cas-Saldé-Pété (68 km, 19,5 milliards de FCfa), Pété-Boki Dialloubé (07 km, 3,8 milliards de FCfa).

À ces immenses chantiers déjà achevés, viennent s’ajouter deux travaux en cours d’un montant de dix milliards (10 000 000 000) de francs Cfa portant sur les constructions des ponts de Nianga Edy (225 m, 4,6 milliards de FCfa), et Guédé Village (287 m, 5,4 milliards de FCfa).

Ce qui fait un total de deux cent trente-neuf milliards (239 000 000 000) de francs Cfa. Infrastructures scolaires et sanitaires, ouvrages hydrauliques et pistes rurales en appui aux Collectivités territoriales

En plus de toutes ces infrastructures routières et de la construction du pont de Rosso devant relier le Sénégal à la Mauritanie via Saint-Louis (qui va bientôt démarrer), Macky Sall a aussi fait bénéficier à la région d’un important programme d’infrastructures scolaires et sanitaires, d’ouvrages hydrauliques et de pistes rurales réalisé dans le cadre des aménagements connexes des projets routiers en appui aux Collectivités territoriales traversées. À ce titre, on peut citer cinq (05) Plateformes multifonctionnelles de troisième génération pour les femmes à Mboyo, Démeth, Saldé, Dodel, Boké Dialloubé ; quarante-trois (43) salles de classe, deux (02) bâtiments administratifs, une (01) case de santé, deux (02) maternités, cinq mille vingt-deux (5022) m de murs de clôture, vingt-six (26) blocs sanitaire, un (01) Cdeps.

… ET QUINZE AUTRES D’UN MONTANT DE 191,7 MILLIARDS DE FCFA PRÉVUS D’ICI À 2024 Macky Sall n’en a pas fini avec la région de Saint-Louis. Outre les deux cent trente neuf milliards (239 000 000 000) de milliards de FCfa déjà investis pour la doter d’infrastructures qui ont boosté son développement économique et social, il a programmé, pour 2021-2024, avec le concours des Partenaires techniques et financiers (Ptf), des chantiers routiers portant sur un linéaire de six cent dix-sept (617) kilomètres, d’un montant de cent quatre-vingt-onze milliards sept cent trente-deux millions (191 732 000 000) de francs Cfa dont dix milliards sept cent cinquante-neuf millions (10 759 000 000) de l’État.

La construction du pont de Rosso devant relier le pays à la Mauritanie est sans nul doute un des projets les plus importants du magistère du Président Macky Sall. Et le démarrage est prévu avant la fin de cette année. L’architecture ? Un pont, des routes d’accès et des aménagements connexes (pistes, infrastructures scolaires, sanitaires, marchandes..), qui sont en construction sur une étendue de 74,461 km, pour un coût de cinquante sept milliards soixante huit millions (57 068 000 000) de francs Cfa.

Le pont de Rosso, les routes d’accès et aménagements annexes : 74 km, 57 milliards de FCfa Au-delà, les projets de construction sont légion :
– les routes de Démeth-Cas Cas, en cours, (35 km, 15 milliards de FCfa), de Pété-Boki Dialloubé-Laiki-Kara Wendou-Gaye Kada (35 km, 2,625 milliards de FCfa), et de Sinthiou Diongui-Bobore Boké Namary (30 km, 2,375 milliards de FCfa) financées par la Banque ouest-africaine de développement (Boad) ;
– le pont de Dimath (100 m, 03 milliards de FCfa) par l’Espagne ;
– la route Boki Dial(l)oubé-Ndiayène Djoloff (64 km, 14,6 milliards de FCfa) ;
– la voierie de Aéré Lao (03 km, 1,6 milliard de FCfa) ;
– la route Halwar-Diattar-Guia (45 km, 7,52 milliards de FCfa) ;
– la digue de Fanaye (1,5 km, 1,639 milliard de FCfa) ;
– l’aménagement de la Boucle du Riz qui s’étend sur les zones agricoles de Ross Béthio et de Rosso (180 km, 54 milliards de FCfa), en instruction avec la Banque africaine de développement (Bad);
– la réhabilitation et l’aménagement de la route Louga-Keur Momar Sarr-Richard Toll (126 km, 30 milliards de FCfa), en cours d’instruction avec la Bad et l’Ofid (Fonds de l’Opep pour le développement international) ;
– l’aménagement et le bitumage de la route Gnith-Nder-Colonat-Carrefour Nationale 2 (27 km, 9,72 milliards de FCfa) ;
– la construction du pont de Galoya (250 m, 5 milliards de FCfa) ;
– le bitumage de la route Boubé-Niandane-Guia (25 km, 8,064 milliards de FCfa).

RÉGION DE MATAM : 161,2 MILLIARDS DE FCFA POUR CONSTRUIRE ROUTES, PONTS, PISTES, INFRASTRUCTURES SCOLAIRES, SANITAIRES, ET OUVRAGES HYDRAULIQUES…
Neuf mois après la première réunion du Conseil des Ministres décentralisé tenue à Saint-Louis, Macky Sall répète, le 21 mars 2013, cette nouvelle mode de gouvernance de proximité. À l’issue de la rencontre dédiée à la région de Matam, un programme d’investissement de cent vingt-deux milliards (122 000 000 000) de francs Cfa est retenu pour le sous-secteur des infrastructures routières.

Et comme c’est le cas, aujourd’hui, dans la région de Saint-Louis, les réalisations sont allées au-delà des prévisions, avec un taux d’exécution de cent trente pourcent (130%). Dans le domaine des infrastructures routières, sur la période allant de 2012 à 2019, trois cent cinquante-trois (353) kilomètres de routes revêtues ont été réalisées dans la région ainsi que cinq (05) grands ouvrages d’art, le tout pour un montant global de cent soixante et un milliards deux cent quatre-vingt-sept millions (161 287 000 000) de francs Cfa.
122 milliards de FCfa étaient prévus

Les recommandations de la réunion de Matam tenait en cinq points : réhabiliter la route Ourossogui-Matam (10 km) dont le financement devra être assuré par l’État du Sénégal ; finaliser avec la Coopération autrichienne l’accord de financement pour les travaux de construction des ponts de Ganguel Soulèye et de Wendou Bosséabé ; achever la construction de la route Linguère-Matam ; rechercher le financement nécessaire à la réhabilitation des routes Ndioum-Ourossogui-Bakel, Matam-Kanel-Ranérou-Bakel, et des projets de réhabilitation des routes Ourossogui-Oréfondé ; prendre les dispositions nécessaires pour mettre en œuvre l’important programme de réalisation de pistes de production dans les communautés rurales de Matam pour un linéaire de huit cent vingt (820) kilomètres. 130% de taux d’exécution.

Au finish, en cette année 2021, ce sont cent soixante et un milliards deux cent quatre-vingt-sept millions (161 287 000 000) francs Cfa qui ont été investis dans dix-huit (18) projets. Dans le détail, cela donne 353,4 km en linéaire de routes revêtues, 134 km en linéaire de routes en terre et cinq ponts de 820 m. Plus précisément, il s’agit de la construction de la route Linguère-Matam Section Boula-Ranérou-Patouki-Ourossogui (96 km, 36,5 milliards de FCfa), des cinq ponts de Matam, Ganguel Soulèye et Windou Bosséabé avec des routes de connexion (830 m, 27,7 milliards de FCfa), de la réhabilitation de la Section de route Ourossogui-Matam (10 km,1,5 milliard de FCfa), de la construction des postes de contrôle de Ourossogui (1,5 milliard de FCfa).

Ensuite, de 43,1 km de routes revêtues et en terre pour un coût de 2,387 milliards de FCfa : Carrefour Nationale 2-Sortie Ndouloumadji ; Carrefour Nationale 2-Ouro Alpha-Ndouloumadji Founébé-Ndouloumadji Dembé ; Ndouloumadji Founébé-Nguidjilone ; les bretelles de Oudourou, Sadel, Somona, Ndouloumadji Dembé ; trois rues à l’intérieur du village de Sadel ; la route Thilogne-Ourossogui (50 km) ; la voirie de Matam (03 km) ; 41,4 km de pistes connexes partant de Boki Diawé-Nguidjilogne à Hadou Béré-Fadiar en passant par Windou Bossaébé-Wali, Diala-Polèle Awloubé (94,4 km), pour un coût de 21,6 milliards de FCfa.

Enfin, s’ensuivent la réhabilitation de la route Ourossogui-Hamady Ounaré-Bakel (177 km, 61,7 milliards de FCfa), la construction de voiries urbaines à Matam (08 km, 2,5 milliards de FCfa), de la digue-route de Matam (3,7 km, 5,5 milliards de FCfa), et de la piste de Loubi Saré (40 km, 400 millions de FCfa). Comme la région de Saint-Louis, en sus des infrastructures routières, Matam a bénéficié d’un important programme d’infrastructures scolaires et sanitaires, d’ouvrages hydrauliques et de pistes rurales réalisés dans le cadre des aménagements connexes des projets routiers : quatre (04) Plateformes multifonctionnelles de troisième génération pour les femmes de Thilogne, Nabadji Civol, Windou Bosséabé, Sinthiou Bamambé ; soixante-dix-huit (78) salles de classe ; trois (03) case(s) de santé ; deux (02) maternités ; trois mille cinq cent trente (3530) mètres de mur de clôture ; treize (13) blocs sanitaires ; trois (03) infrastructures marchandes.

…145 MILLIARDS DE FCFA PRÉVUS D’ICI À 2024 POUR CARREFOUR NATIONALE 2-VÉLINGARA-FERLO, DANDÉ MAYO NORD, DANDÉ MAYO SUD

D’ici trois années, trois grands programmes sont prévus pour la région de Matam : le bitumage du Carrefour Nationale 2-Vélingara-Ferlo, les constructions du Dandé Mayo Nord de Orofondé à Matam, et du Dandé Mayo Sud de Matam à Dembacané. Coût global : cent quarante-cinq milliards (145 000 000 000) de francs Cfa.

Le bitumage de Carrefour Nationale 2-Vélingara-Ferlo s’étendra sur 30 km pour un montant de six milliards de (6 000 000 000) de francs Cfa. Quant au Dandé Mayo Nord qui ira de Orofondé à Matam sur 110 km, il démarrera le mois prochain. L’État finance, à travers la Boad, le tronçon Nguidjilogne-Matam (45 km) pour un montant de quinze milliards (15 000 000 000) de francs Cfa.

L’accord de prêt a été signé par les deux parties et les diligences sont en cours pour son entrée en vigueur. Le processus d’appel d’offres est en cours. En ce qui concerne la section Orofondé-Nguidjilogne (65 km), le financement se fera à travers le Fonds saoudien pour un montant de vingt-sept milliards (27 000 000 000) de francs Cfa. Le bailleur a approuvé le projet, le 02 mai dernier. Le processus d’appel d’offres sera lancé au courant de ce mois.

Pour le Dandé Mayo Sud (Matam-Dembacané), l’État finance, à travers la Société générale et Bpi (Banque publique d’investissement France), pour un montant de quatre-vingt-dix-sept milliards (97 000 000 000) de francs Cfa comprenant : 130 km de routes entre Matam et Thianiaff ; le bitumage des bretelles de Ndouloumadji, Woudourou et Sadel d’un linéaire global de 12,8km ; 150 km de pistes ; 12 ponts : Nawel (65 m), Nabadji, Waoundé (120 m), Djongto (20 m), Diewol (300), Diamel (230 m), Orofondé (130 m), Djonguel (115 m), Agnam Civol (200), Djorbisol, Lobali, Orkadieré.

Partager.

Commenter