L’ancien ministre de la Jeunesse, par ailleurs, président du Mouvement des Patriotes pour le développement (Mpd Liggeey), Aliou Sow, s’est exprimé sur la situation politique du Sénégal et ses relations avec le président Macky Sall. Dans une interview avec L’Observateur, M. Sow montre qu’il n’apprécie pas le flou entretenu par le chef de l’État sur la question du troisième mandat. Et pour cela, il dit avoir mis fin à ses relations avec Macky Sall et «cessé tout contact avec lui».

A la question de savoir s’il soutient toujours Macky Sall, Aliou Sow répond : « C’est fini ça depuis des atermoiements autour d’un troisième mandat et des nombreuses tentatives de faire naître au Sénégal un Empereur par la révision de notre Constitution et d’autres textes législatifs et réglementaires. Je l’ai juste soutenu pour une élection à laquelle je n’ai pu prendre part, avec une préférence sur lui qui cherchait un dernier mandat face à ses adversaires ».

L’ancien ministre soutient que l’histoire lui a donné raison aujourd’hui. « Je le connaissais mieux et j’avais de meilleurs rapports avec lui. Nous avions échangé à plusieurs reprises sous diverses formes. Et j’ai cru en sa sincérité et en sa détermination à faire de son dernier mandat un travail acharné et bien fait, de consolidation des acquis et de rectifications des erreurs et errements ».

Mais, Aliou Sow ne semble pas regrette cet compagnonnage avec le chef de l’État. Il dit n’avoir rien regretté, estimant que certaines expériences font beaucoup apprendre sur la complexité de la nature humaine, tout en nous rendant plus exigeants et froids dans nos rapports avec les politiciens.

Évoquant ses rapports avec le président Macky Sall, l’ancien ministre de Wade a préféré parle de relation entre citoyen et chef d’État, chef de parti et un autre, entre d’anciens collègues d’un Gouvernement. D’après lui, quelqu’un qui entretient le flou autour de sa troisième candidature et un homme politique qui s’y oppose fermement, quelqu’un qui convoite le premier emploi du pays et l’occupant qui s’y agrippe.

« En bon Sénégalais aussi, nos relations sont celles d’un petit frère et son aîné. Ça s’arrête là. J’ai cessé tout contact avec lui. Avant nos relations étaient réguliers sur des questions d’intérêt national, maintenant mes idées sont au service du peuple directement sans détour…. », a-t-il fait savoir.

Partager.

Commenter