Antoine Félix Diome n’a fait que 65 jours à la tête du ministère de l’Intérieur. Mais il fait déjà la Une des journaux depuis sa nomination par le Président de la République Macky Sall. A travers un communiqué publié le samedi dernier, le ministre de l’Intérieur a lancé une note d’alerte au Pastef qui risquerait une dissolution, comme « tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal ». Considéré comme un agent qui a été au cœur des combats politico-judiciaires qui ont mis à terre Karim Wade et Khalifa Sall, Antoine Félix se retrouve désormais au banc des accusés ayant pour but d’écarter Ousmane Sonko du chemin qui mène vers le Palais.

A la recherche des poux du leader de Pastef !

Antoine Félix Diome a signé samedi dernier, une note qui a suscité l’indignation des membres du parti d’Ousmane Sonko. En effet, le ministre de l’Intérieur par voie de communiqué, a fait savoir au Pastef qu’il risquerait une dissolution comme « tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal ». Ainsi, pour nombreux militants du parti, leur leader semble être la nouvelle proie politique de l’actuel ministre de l’Intérieur.

Après Karim et Khalifa, Sonko passe au crible ! 

Pour la présidente du mouvement national des femmes de Pastef dénommée « Djiguénou Pastef », Maïmouna Dièye, Antoine Félix « n’est pas à sa première tentative ». Il est selon la « Patriote », un homme de main du Président, son cheval de bataille, chargé d’éliminer ses plus grands opposants politiques. Mais pour le cas d’Ousmane Sonko, « il doit comprendre et il va comprendre qu’on ne joue pas avec les outils de la République…Il ne réussira pas ce qu’il a fait aux autres », a t-elle défié.

METRODAKAR

Partager.

Commenter