Ses chansons puisées dans la tradition « gawlo », ont régalé ses fans depuis plus de trois décennies. C’est toutefois dans la plus grande des tristesses, que la diva à la voix d’or annonce son retrait des scènes et studios pour un temps provisoire. Des problèmes de santé explique cette décision. Surpris par cette annonce, les Sénégalais ont compati à sa douleur à travers les réseaux sociaux. 

Distinguée depuis l’âge de 7ans pour son talent remarquable, Coumba Gawlo figure parmi les rares chanteurs sénégalais à avoir obtenu un disque d’or. Figure griotte, elle éblouit les Sénégalais avec ses chansons depuis plus de trois décennies. Une merveille au point de s’estomper. Sur sa chaîne YouTube, la diva comme on l’a surnomme, a porté un message qui a fait froid sur le dos. D’un ton calme, la chanteuse a annoncé son retrait momentané de la scène musicale sénégalaise. « C’est une décision difficile et j’ai beaucoup de peines à vous en faire part, mais j’ai choisi de le faire. J’ai décidé de me retirer provisoirement de la scène musicale puisque je suis dans l’impossibilité de chanter. Je souffre d’une petite maladie et les médecins m’ont conseillé d’arrêter la musique pendant un moment… », explique t-elle.

Surpris par sa déclaration, ses fans ont quand même formulé de beaux témoignages sur les réseaux sociaux. Ce, en guise de remerciement pour ces belles années de régal mais surtout, de soutien moral.

Coumba Gawlo, « un exemple pour les jeunes femmes »

« Tu es un exemple pour toute une jeunesse, surtout pour nous les jeunes femme. Tu as toujours incarné le non dépendance d’une femme à un homme. Tu nous as appris qu’une femme peut être utile dans la société. Tu as géré ta carrière de manière très professionnelle, pas de détails (…). Prompt rétablissement ».  » Meilleure santé à notre Diva. Se retirer pour un moment ne signifie pas la fin. Car le recul d’un bélier sur la surface ne signifie pas de faiblesse, mais un moyen de se ressourcer davantage », lit-on dans la masse de messages adressés à la chanteuse.

METRODAKAR

Partager.

Commenter