Les prêches des imams, une pétition, un projet de loi en ligne de mire. Tout est permis pour contrer ‘’l’agenda’’ international d’incitation à l’acceptation de l’homosexualité.

‘’ils sont en train d’imposer aux pays dépendants de leurs aides, comme le Sénégal, un agenda de légalisation de l’homosexualité, par le biais de la signature de conventions internationales. Et tout le monde sait que ces accords surplombent les constitutions des pays’a soutenu ’sur Enquête l’imam Birama Sarr, dans son prêche du vendredi 16 avril dernier, à la mosquée de Bel-Air.

Avec une détermination similaire à la volonté des organisations de défense des Droits de l’homme, le membre d’And Samm Jikko Yi dénonce ces accords internationaux qui se préoccupent plus des droits des personnes LGBTIQ que de l’économie agonisante des pays pauvres. Car, assure-t-il, ‘’à chaque époque ses moyens de lutte. Que toute personne qui, si elle était présente, serait prête à accompagner le Prophète Mouhammad à la bataille de Badr, sache qu’une bataille plus grande se profile’’.

Grande manifestation pour exiger la criminalisation de l’homosexualité, le 23 mai

Un des points forts de cette lutte se jouera le dimanche 23 mai 2021, à la place de la Nation. Le collectif And Samm Jikko Yi compte y organiser une grande manifestation pacifique, pour exiger la criminalisation de l’homosexualité, du lesbianisme et autres contenus dans le LGBTIQ, de la zoophilie, de la nécrophilie et assimilés au Sénégal.

Pour réussir quelque chose de grand et montrer au monde entier que le Sénégal ne veut pas de l’homosexualité, le collectif invite les khalifes généraux à se déplacer, de même que tous les Sénégalais, afin que ce 23 mai soit aussi important que le Magal de Touba.

SENEGO

Partager.

Commenter