L’Observateur est revenu à la charge, ce samedi, malgré le démenti du ministère de la Santé. “Des constats comme : fatigue, maux de tête, douleurs musculaires et/ou articulaires, frissons, nausées diarrhées, sensibilité sur le site d’injection sont constatés des patients vaccinés. Des effets indésirables et désagréables“, selon nos confrères qui faisait état 53 cas d’hospitalisation dont 9 graves et 3 décès, suite à l’injection du vaccin AstraZenea, dans sa parution du vendredi 16 avril. journal a encore remis ça.

D’après toujours la même source, des réactions indésirables apparaissent 12 heures après le vaccin et peuvent même durer de quelques minutes à quelques jours voire une semaine grand maximum. Des signaux qui sont constatés chez la personne vaccinée. Des réactions considérées par les laborantins comme des réactions “normales”. Le laboratoire responsable de l’AstraZeneca rebaptisé Vaxzevria à cause des polémiques avait prévenu de ces effets secondaires-là.

Le premier cas grave avec la mort d’un homme, selon toujours la même source, reprise pas Pressafrik, a été signalé à Yeumbeul un quartier de la banlieue dakaroise. Un vieil homme de 70 ans est décédé d’un AVC le lendemain de son injection à l’AstraZeneca. Une histoire qui a alimenté beaucoup de peurs et de polémiques sur la vaccination.

Par ailleurs, un comité indépendant d’experts, diligenté par le ministère de la Santé “avait dégagé sa responsabilité de l’injection (qui aurait tué le vieux de Yeumbeul)“. Seulement 2 mois après le début de la campagne, la direction du Programme élargi de vaccination a recensé 53 cas d’hospitalisation, dont 3 sont morts des suites de l’injection. Ousseynou Badiane déclare que “jusqu’à la semaine dernière, 53 cas d’hospitalisation ont été notifiés, dont 9 cas graves et 3 décès“. De ce fait, ce sera au comité d’experts de statuer sur la responsabilité du vaccin. Ils ont été saisis et devront se réunir la semaine prochaine.

Partager.

Commenter