Cinq (5) gardes de l’administration pénitentiaires affectés au quartier de haute sécurité de la prison du Camp pénal de Liberté 6, ont été entendus mercredi, sur l’évasion de Boy Djinné, dans les locaux du commissariat central de Dakar.

Au cours de cette interrogatoire menée par des enquêteurs de la Sureté urbaine, cinq (5) gardes disent n’avoir rien vu ni rien entendu la nuit de l’évasion de Boy Djinné, dans la nuit du dimanche 30 mai. Ces déclarations, selon L’Observateur, ont été très vites rapportées au Procureur de la République, qui suit de très près l’enquête.

Ce jeudi 3 juin, d’autres gardes pénitentiaires des autres secteurs seront entendus par des enquêteurs de la Sureté urbaine. Les autorités urbaines restent convaincues que le fugitif boy djinné a bénéficié d’un soutien intérieur ou extérieur, vu la configuration des lieux.

D’ailleurs, le détenu avait confié aux enquêteurs lors de ses dernières auditions qu’il n’a aucun pouvoir mystique, juste qu’il n’hésite pas à exploiter la moindre faille dans le dispositif sécuritaire pour s’évader.

Partager.

Commenter