Président de la Commission Eau et électricité du comité d’organisation du Maouloud International de Médina Baye, Cheikh Abdoulahi Mahi Niass, profitera de la visite du chef de l’État ce mardi pour lui faire la liste des manquements notés en matière d’électrification, de manque d’eau et de sécurité.

In extenso :

« Notre cité sainte ne dérogeant jamais à la règle, toute la famille du Khalif Général de la Fayda Tijaniya, Cheikh Mouhamadoul Mahi Ibrahima Niass lui souhaite la bienvenue, en ma qualité de Président de la Commission Eau et Électricité et je lui dit: Monsieur le Président de la République, vous êtes chez vous, aussitôt que vous mettrez les pieds à Médina Baye.

Cela étant dit, en prélude au Maouloud prochain de Médina Baye, distant de nous de 4 mois tout au plus, je pense qu’il est aussi important, sinon primordial de souligner, à cette occasion surtout, ce que je ne peux m’empêcher de qualifier de manquements, de négligence et même de mépris de la part de certaines autorités, sur des questions critiques, et aussi importantes que la bonne tenue et le succès du Gamou annuel de Médina Baye.

Il me paraît irrespectueux en effet, que des responsables Kaolackois et de simples élus, n’aient pas respecté les engagements qu’ils avaient pris, ou délégué à des subordonnés, lors des différentes consultations précédent le gamou annuel dont l’ultime CRD.

Personnellement, en tant que Président de la Commission Eau et Électricité, j’ai pu relever ce que je n’hésiterai pas à qualifier de fautes graves, voire de manque de considération irréfléchie. Le support adéquat dû par les autorités compétentes, notamment de l’urbanisme et de la Mairie etc… est nul et quasiment insuffisant, pour ne pas dire inexistant.

Je propose de revoir à la hausse les efforts fournis, étant donné qu’ils se sont tout simplement révélés insuffisants par suite de leur évaluation. Le degré d’exécution des travaux de raccordement et autres branchements sociaux de la Sen’eau est en deçà de 5 %.

Vous conviendrez avec moi que cela est insuffisant, comparé à ce que serait une bonne exécution du programme. Il nous a été très ardu de rencontrer les autorités à haut niveau, afin de leur fournir, à titre d’interlocuteur de choix, les réalités urgentes du terrain, dans le but de mieux appréhender à temps, la majeure partie des difficultés.

Par ailleurs et concernant l’éclairage public, il est impératif que les responsables qui en ont la charge sachent que l’extension, la maintenance du réseau électrique et l’éclairage public à Médina Baye et quartiers environnants a été désastreux, pendant le gamou, portant un frein grave à la sécurité, tout en encourageant l’insécurité, par la prolifération progressive de zones entières plongées dans l’obscurité.

L’on serait à vrai dire tenter de croire, lorsque l’on voit la diligence avec laquelle d’autres évènements sont traités, ailleurs, avec tout le respect qui leur est accordé, l’on serait, dis-je tenté de croire à l’existence de partie pris et tout au moins d’inégalité dans le traitement par l’État des événements religieux, par ordre d’envergure légitime..

Il va sans dire que mes remarques, qui reproduisent à l’identique celles des populations, vont dans le sens d’un constat réel et uniquement préventif. Il serait temps je crois de considérer le Gamou annuel de Médina Baye comme un évènement religieux international et partant de celà, le traiter à sa juste dimension, afin de lui dédier toute la logistique et l’organisation que requiert un rassemblement de son envergure.

Cela étant dit, seul l’État peut nous y aider, et par extension, ses représentants locaux. Je termine en disant que si des émissaires ont été envoyés à Médina Baye afin d’apporter des solutions aux problèmes récurrents liés à la commission que je gère, ils ne sont jusqu’ici réglés ».

Partager.

Commenter