Le journaliste Pape Ndiaye du groupe Walfadjiri a fait face au juge en ce lundi 31 mai. Le chroniqueur judiciaire est poursuivi par Ndèye Awa Ndir et Pape Demba Diop. A la fin du procès, le juge l’a déclaré coupable d’escroquerie et de jeter le discrédit sur les institutions. Ce, avant de le condamner à un an dont 3 mois de prison. Là où, le parquet avait requis 1 an d’emprisonnement.

En fait, les parties civiles ont porté plainte pour escroquerie pour les sommes respectives de cinq cent mille et un million de FCFA. Elles disent avoir sollicité Pape Ndiaye pour que le journaliste les aide à faire sortir des proches de prison.

Pour Ndeye Awa Ndir, il s’agit de son patron qui est détenu pour recel. Quant à Pape Demba Diop, il a sollicité Pape Ndiaye pour qu’il l’aide à faire sortir de prison son frère Amadou Diop incarcéré à la Mac de Kaolack.

Dès l’entame, Pape Ndiaye a réfuté ces allégations. S’agissant de ses rapports avec Ndeye Awa Ndir, le journaliste déclare qu’il entretenait « des rapports particuliers » avec la dame, ce qui lui a permis de contracter un prêt auprès d’elle.

Pape Ndiaye et la thèse du complot

En ce qui concerne le sieur Pape Demba Diop, Pape Ndiaye revendique une amitié avec Lamine Mbengue permettant d’obtenir un prêt auprès de ce dernier.

La plainte a été déposée par Pape Demba Diop qui selon Pape Ndiaye avait accompagné Lamine Mbengue pour une première remise de 500.000 FCFA. C’est après quelque temps qu’une deuxième remise de 500.000 FCFA a été faite.

Durant les débats, il est ressorti que le journaliste Pape Ndiaye a signé des décharges prouvant qu’il a reçu les sommes de cinq cent mille et un million respectivement de Ndeye Awa Ndir et Pape Demba Diop. Des décharges dans lesquelles il est mentionné le terme « prêt »

Mot qui confirme les dires du journaliste qui confirme avoir contracté deux prêts auprès des parties civiles. Ces parties civiles ont d’ailleurs été remboursées avant le procès. C’est pourquoi, il y a eu désistement parce que des manœuvres ont été faites pour désintéresser les plaignants.

Le journaliste devant le juge se dit victime de complot. Pape Ndiaye a fait savoir devant la barre qu’il était en conflit avec le commissaire Sankaré et le procureur de la République.

Selon lui, les plaignants ont été influencés. D’ailleurs, il considère qu’en réalité, Pape Demba Diop n’a jamais porté plainte » mais qu’il a été appelé à le faire.

Pour corroborer la thèse du complot, il informe que « le commissaire Sankaré a formulé des menaces » à son encontre.

Cette même thèse a été défendue par les avocats de la défense puisque depuis le début, les sommes réclamées ont été présentées. Même la demande de médiation a été refusée. Allant plus loin, Me Abdoulaye Tall dit avoir prévenu Pape Ndiaye « depuis huit mois » en lui disant qu’il était « une cible».

Avec Seneweb.

Partager.

Commenter