Moustapha Diakhaté l’ancien parlementaire a livré son point de vue sur les manifestations survenues aux alentours du domicile d’Ousmane Sonko, le député accusé par une supposée Adji Sarr, de viols répétitifs et menaces de morts dans un salon de massage. Invité ce matin par Rfm, il estime que « la cause de la violence, c’est la violence ».

 

« La cause de la violence, c’est la violence ». A l’en croire l’ancien parlementaire, les actes de violences survenues le lundi dernier à cité Keur Gorgui, le quartier où se situe le domicile du leader de Pastef ont été motivés. La faute revient en effet, à l’autorité. « Ceux qui ont envoyé des policiers au domicile de Sonko ont commis une faute », martèle Moustapha Diakhaté qui estime que si tel n’était pas le cas, il n’y-aurait certainement pas eu d’échauffourées entre forces de l’ordre et « Patriotes ».

 

Moustapha Diakhaté sur la convocation d’Ousmane Sonko

 

La convocation que les gendarmes ont envoyé à Ousmane Sonko relève d’un acte grave selon certains. Car, celui-ci en tant que député, est protégé par son immunité parlementaire. Et donc, il ne peut être convoqué, ni entendu si l’on se réfère à l’article 51 du Règlement intérieur de l’Assemblée national. Pour l’ex ministre conseiller du Président Sall, le raisonnement est partagé. « En tant que député, Ousmane Sonko est protégé par la loi. On ne peut pas l’interpeler sans lever son immunité parlementaire », explique t-il.

METRODAKAR

 

Partager.

Commenter