Le sujet sur le franc de la Communauté Financière Africaine (CFA) semble être sensible. Certains en arrivent même à perdre leurs postes pour leurs prises de position. Au Bénin, un membre du Parlement a été démis de ses fonctions pour avoir assimilé le FCFA à une monnaie de servitude. Considéré comme une atteinte à la liberté d’expression, son limogeage a été dénoncé par de nombreux anti CFA.

Une prise de position qui lui vaut une sanction

Yves Ogan, directeur des services législatifs de l’Assemblée Nationale béninoise a, été démis de ses fonctions ce 5 janvier. La cause? Il avait désapprouvé le FCFA qu’il a assimilé à un « instrument de servitude et de domination » de la France, lors d’un entretien accordé à Morid TV. Le haut fonctionnaire a également considéré que ladite monnaie a un caractère nocif sur l’économie du pays. Ainsi c’est à la suite de sa déclaration, que la présidence du Parlement a annoncé son limogeage par la voix du juge d’instruction Olushegun Serpos.

Kémi Séba accuse le gouvernement béninois de « lâcheté politique »

Le limogeage du désormais ex-directeur des services législatifs de l’Assemblée Nationale béninoise a largement été critiqué par les anti FCFA. Kémi Séba, membre de la ligue des militants contre la devise ouest-africaine n’a pas tardé à réagir. L’activiste accuse en effet le gouvernement béninois de « lâcheté politique » et de servir les intérêts des Français.

METRODAKAR

Partager.

Commenter