Le mois du jeûne musulman du ramadan commencera mardi en Arabie saoudite dans un contexte de pandémie de Covid-19 pour la seconde année consécutive, ont annoncé lundi les autorités de ce pays où est né l’islam et où se trouvent ses plus importants lieux saints.

« La Cour suprême annonce que demain, mardi, sera le premier jour du mois sacré de ramadan », a indiqué le cabinet du roi Salmane, gardien des lieux saints de l’islam, cité par l’agence officielle saoudienne SPA. Le roi a souligné « la période difficile en raison de la propagation du coronavirus ». « Nous remercions Dieu pour les efforts scientifiques et de recherche ayant permis la découverte de vaccins », a-t-il indiqué dans un communiqué lu à la télévision d’Etat.

Le ramadan génère habituellement à La Mecque, grande ville sainte de l’islam dans l’ouest saoudien, une affluence importante de fidèles musulmans venant d’Arabie saoudite et du monde entier. Le royaume a annoncé la semaine dernière que « seules les personnes immunisées » contre le coronavirus seraient autorisées à effectuer la omra, le petit pèlerinage, et les prières dans la Grande mosquée de La Mecque à partir du début du ramadan. Cette mesure s’applique notamment aux personnes ayant reçu les deux doses nécessaires de vaccin et à celles ayant reçu une seule dose depuis au moins quatorze jours. Le petit pèlerinage, suspendu en mars 2020 en raison de la pandémie de Covid-19, a repris timidement à l’automne avec un nombre limité de fidèles et des mesures de précaution.

L’Arabie saoudite a enregistré près de 400.000 cas de contamination, dont 6.765 décès. Le mois de ramadan commence également mardi dans les autres pays du Golfe, à l’exception du sultanat d’Oman où il débute mercredi.

Igfm

Partager.

Commenter