Après analyse de la dépouille exhumée de Baye Katim Touré, les autorités médicales de l’hôpital Aristide Le Dantec ont conclu à une mort naturelle de ce dernier alors qu’une enquête, ouverte sur la propriété contestée du terrain servant de lieu d’inhumation du défunt et jouxtant le domicile du guide des Moustarchidines, révèle que ce titre foncier appartient à Serigne Moustapha Sy.

Après autopsie, les autorités médicales de l’hôpital Aristide Le Dantec ont indiqué que le décès de Baye Katim Touré, un fervent disciple, fidèle compagnon de Serigne Babacar Sy, de Serigne Cheikh Tidiane Sy et de Serigne Moustapha Sy, est en effet survenu de manière naturelle, renseigne Le Quotidien. Sur ce, elles ont versé le certificat de genre de mort à l’enquête. Laquelle a déjà révélé que le terrain en question est un Tf appartenant au guide des Moustarchidines. Ainsi, les autorités ont délivré un nouveau permis d’inhumation du défunt Touré aux responsables du Dmwm.

Le procureur de Thiès

Il faut dire qu’entre Serigne Moustapha Sy et les autorités religieuses de Tivaouane, la guerre est déclarée. Pourquoi ce soudain regain de désamour ? La dernière sortie du guide des Moustar­chidines, lors de l’édition 2020 du Gamou de Tivaouane, en serait-il à l’origine ? En tout cas ce jeudi 3 juin, à l’heure de la “nuit de vendredi”, la maison de Serigne Moustapha Sy, sise à Tivaouane, a fait l’objet d’une descente musclée de la gendarmerie et de la police, accompagnés par la Brigade des sapeurs-pompiers de Tivaouane. C’était sur instruction du procureur de la Répu­blique près le Tribunal de grande instance de Thiès pour l’exhumation du corps de Baye Katim Touré.

En effet, le défunt est décé­dé dans la nuit du 12 au 13 mai 2021, à la veille de la Korité, à la clinique Serigne Babacar Sy à Dakar. Il a ensuite été enterré dans le terrain qui jouxte la maison de Serigne Moustapha Sy. Seulement selon Sidy Ameth Sy Dabakh, le terrain en question appartient à son frère Serigne Maodo Sy Dabakh. Ainsi, de fil en aiguille, le procureur de la République de Thiès a été saisi. Ce dernier a donné l’ordre à la section Thiès de la Brigade de recherches de déterrer le corps pour inhumation sans autorisation sur un terrain litigieux.

13 arrestations

Mais en exécutant l’ordre, les Forces de l’ordre ont fait face à la radicalisation des éléments en charge de la sécurité de la maison du guide des Mous­tarchidines. Rongés par la colère, ils se sont farouchement opposés aux opérations qu’ils qualifient de profanation. Ils ont été gazés par la police sans état d’âme, qui a ensuite embarqué 13 d’entre eux pour résistance.

Le corps, lui, a été déterré et acheminé à Dakar pour autopsie. Un fait inédit qui irrite les disciples moustarchidines qui estiment que les autorités judiciaires ont agi “sous précipitation et sous contrainte”. En effet, renseignent-ils, “ces dernières se sont rendues compte, après les faits, qu’elles ont fait une erreur parce que le terrain en question appar­tient à Serigne Mous­tapha Sy. Elles sont à la recherche de raison en faisant une autopsie”. Ils expliquent : “Les Moustar­chidines n’ont pas empiété sur le terrain de Maodo. Le terrain en question appartient à Serigne Mousta­pha Sy depuis 1982 et nous avons tous les papiers pour le démontrer. Et quand Serigne Ahmet Sy Dabakh est allé là-bas pour dénoncer l’inhumation de Baye Katim Touré, Serigne Mous­tapha Sy a envoyé des émissaires pour lui montrer que les lieux lui appartenaient. Mais il a refusé de les recevoir”, rapporte Le Quotidien.

Partager.

Commenter