A la pêche aux homards, ce pêcheur a vécu une expérience qui rappelle Pinocchio.
C’est une histoire à la Pinocchio, qu’on pourrait prendre pour un canular si elle n’était jugée crédible par des spécialistes des baleines: un pêcheur de homard du Massachusetts a été « avalé » vendredi brièvement par une baleine à bosse, avant d’être rejeté dans l’océan, vivant, et capable de raconter son aventure.

« Salut tout le monde, je veux juste clarifier ce qui m’est arrivé aujourd’hui », a écrit le pêcheur, Michael Packard, originaire de Provincetown, à près de 200 km à l’est de Boston, après que l’histoire fut remontée jusqu’aux oreilles du journal local, le Cape Cod Times.

« Je plongeais pour chercher des homards quand une baleine à bosse a essayé de me manger. J’étais dans sa bouche fermée pendant 30 à 40 secondes, avant qu’elle remonte à la surface et me recrache. J’ai des bleus partout, mais aucun os cassé. Je remercie les sauveteurs de Provincetown pour leurs soins et leur aide », a-t-il écrit, après avoir été brièvement hospitalisé.

Par IV
sam. 12 juin 2021, 7:00 AM
A la pêche aux homards, ce pêcheur a vécu une expérience qui rappelle Pinocchio.
C’est une histoire à la Pinocchio, qu’on pourrait prendre pour un canular si elle n’était jugée crédible par des spécialistes des baleines: un pêcheur de homard du Massachusetts a été « avalé » vendredi brièvement par une baleine à bosse, avant d’être rejeté dans l’océan, vivant, et capable de raconter son aventure.

« Salut tout le monde, je veux juste clarifier ce qui m’est arrivé aujourd’hui », a écrit le pêcheur, Michael Packard, originaire de Provincetown, à près de 200 km à l’est de Boston, après que l’histoire fut remontée jusqu’aux oreilles du journal local, le Cape Cod Times.

« Je plongeais pour chercher des homards quand une baleine à bosse a essayé de me manger. J’étais dans sa bouche fermée pendant 30 à 40 secondes, avant qu’elle remonte à la surface et me recrache. J’ai des bleus partout, mais aucun os cassé. Je remercie les sauveteurs de Provincetown pour leurs soins et leur aide », a-t-il écrit, après avoir été brièvement hospitalisé.

Interrogé par la chaine locale CBSN Boston, Michael Packard a précisé qu’il était à environ 13 mètres de profondeur quand « subitement, j’ai senti cet énorme coup et tout est devenu noir ».

Il a d’abord pensé avoir été mordu par un requin. Mais alors qu’il continuait à respirer, grâce à son régulateur de plongée, il ne sentait aucune dent, aucune grosse douleur. « Alors j’ai réalisé, ‘Oh mon Dieu, je suis dans la bouche d’une baleine, et elle essaie de m’avaler' ».

« J’ai pensé, ‘Ca y’est (…), je vais mourir’,. Et j’ai pensé à mes enfants, ma femme, y a vraiment aucun moyen de se sortir de là. Et subitement, elle a fait irruption à la surface, s’est mise à secouer la tête. J’ai été projeté en l’air et j’ai atterri dans l’eau. Et j’étais libre, je flottais simplement… Je n’arrivais pas à croire que je m’en étais sorti. Et je suis là pour le raconter ».

Des baleines en quête de nourriture ?
Il se trouve que Michael Packard a au moins un témoin, jugé digne de foi: Josiah Mayo, qui l’accompagnait dans cette pêche et le suivait, aux bulles, depuis leur bateau. C’est lui qui a aidé à le repêcher et a appelé les sauveteurs à l’aide.

Or Josiah Mayo est le fils d’un des chercheurs et experts en baleine du Center for Coastal Studies (Centre des études cotières) de Provincetown, région où les baleines se nourrissent en cette saison, a expliqué à l’AFP Jooke Robbins, directrice des études sur les baleines à bosse du centre.

« Je connais les personnes impliquées (…) donc j’ai toutes les raisons de croire que ce qu’ils disent est vrai », a-t-elle indiqué.

Même si elle n’a rien vu et ne peut pas être sûre de ce qui s’est passé, et n’avait jusqu’ici jamais entendu parler d’un « accident » de ce type, « il est possible que (le pêcheur) était juste au mauvais endroit, au mauvais moment », a-t-elle estimé.

Lorsque ces baleines sont en quête de nourriture, « elles foncent, bouche ouverte, et avalent les poissons et l’eau très rapidement, puis rejettent l’eau à travers leurs fanons », qui agissent « comme un filtre », a-t-elle expliqué.

Partager.

Commenter