«Ce n’est ni le goût du luxe ni la propension à la dépense qui ont obligé Macky Sall à autoriser l’acquisition d’un avion neuf de commandement pour le Président de la République du Sénégal, Chef suprême des Forces Armées. À l’exposé de certains faits connus du «Soleil», on est fondé de dire que le Chef de l’État a trop tardé à trouver un remplaçant à «La Pointe Sarène» qui a traversé, ces dernières années, des séquences périlleuses», lit-on dans le quotidien national.

Qui poursuit : «Sous l’ancien régime, il avait fallu un seul incident à bord de l’avion de commandement présidentiel, en 2007, pour hâter l’acquisition d’un autre appareil, trois années plus tard. Et à juste raison d’ailleurs ! Car, cette circonstance, qui s’était produite au large de l’Espagne, avait failli coûter la vie au Chef de l’État, à l’époque, Me Abdoulaye Wade, et à sa suite contraints à un atterrissage forcé dans ce pays».

Pour rallier Dubaï depuis le Sénégal, «La Pointe Sarène» fait escale au Tchad, à Ndjaména. En aller-retour, entre la taxe d’atterrissage, le coût du balisage, le carburant et les frais d’assistance, c’est trente (30) millions de francs Cfa. Si c’est une escale au Nigéria, ça passe au double. Avec l’Airbus A320 Neo, qui consomme dix-sept pourcent (17%) moins de carburant que l’A319, et a donc un rayon d’action considérable, le Trésor sénégalais est dispensé de cette dépense et de tant d’autres de même type. Et sur le même trajet, là où «La Pointe Sarène» ne peut transporter que quinze passagers pour pouvoir embarquer le maximum de carburant, l’A320 Neo aura le double : trente.

Last but not least, l’un des plus gros soucis auquel «La Pointe Sarène» allait se heurter va être réglé : «En effet, si ce n’était l’éclatement de la pandémie de la Covid-19 qui a provoqué le report de la mesure, son équipement avionique ne lui autorisait plus de traverser l’océan atlantique, depuis juin 2020, pour atterrir, par exemple, aux États-Unis, au Canada ou au Mexique ; alors, le Président Macky Sall se verrait obligé de louer un avion répondant aux normes dont est doté l’A320 Neo».

Le Soleil.

Partager.

Commenter