La Fédération congolaise de football (Fecofa) a déclaré qu’elle allait lancer un nouvel appel contre le rejet par la Confédération africaine de football (Caf) de sa plainte contre le footballeur gabonais Guelor Kanga pour usurpation d’identité.

Alors que les documents officiels indiquent que l’international gabonais est âgé de 30 ans et qu’il est né à Oyem, au Gabon, le 1er septembre 1990, la Fecofa conteste cette affirmation et note que la mère de Kanga est décédée au Congo en 1986 et qu’il est né à Kinshasa en 1985.

Le milieu de terrain offensif, qui joue en Europe depuis une dizaine d’années, est accusé d’avoir non seulement déduit plus de cinq ans sur son âge réel, mais aussi d’avoir falsifié sa nationalité. L’instance de football a également présenté des documents pour étayer ses affirmations.

Cependant, la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) a fourni des documents prouvant que Kanga a le droit de jouer pour le Gabon.

Après une enquête, la commission de discipline de la CAF a statué sur cette affaire ; « La preuve fournie par la Fecofa n’était pas convaincante ni suffisante pour établir une usurpation d’identité. Le panel disciplinaire n’a pas remarqué d’irrégularités dans l’éligibilité du joueur en question et dans son enregistrement auprès de la Caf. La chambre disciplinaire de la Caf rejette purement et simplement la plainte de la Fecofa. »

La Fecofa qui a maintenant trois jours pour faire appel de cette décision, a déclaré qu’elle se réunira pour discuter d’un autre appel.

S’il était avéré que Guélor Kanga a bel et bien fait preuve d’usurpation d’identité, le Gabon pourrait être exclu des deux prochaines CAN, conformément aux articles 45 et 46 du règlement de la Coupe d’Afrique des Nations.

AFRIKMAG

Partager.

Commenter