La police a mené ce samedi soir, une vaste opération de sécurité dans plusieurs quartiers sensibles de Dakar.

Cette intervention, associant des dizaines d’agents du GMI et de la Sûreté urbaine, est intervenue quelques minutes après le discours dans lequel le Directeur de la sécurité publique (Dsp) a exprimé sa volonté de mener une «opération de grande envergure» contre la délinquance, l’insécurité et les divers trafics.

À Darou Salam, plus connu sous le sobriquet de « Cité Imbécile », une cinquantaine d’hommes ont fait irruption hier entre 22h et 00h dans les ruelles étroites, où une marée de déchets en plastique jetés par terre, s’échoue sur les nids-de-poule d’une route sablonneuse.

À l’entrée de ce quartier difficile de Hann Bel-Air, une poignée de gamins posent leur regard curieux sur les voitures Pick-up de la Police nationale. Les limiers ont procédé à une centaine de vérifications d’identité et à des contrôles dans plusieurs maisons en baraques de tôle et de bois, simultanément investies dans le calme par les forces de police.

Ces policiers ont mené des perquisitions dans des chambres et fouillé des restaurants à la recherche notamment d’indices. Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue dans différents Commissariats de la ville de Dakar. Parmi elles, des étrangers. Et leur éventuel défèrement sera décidé en début de semaine, pour des infractions de détention de drogue ou d’armes.

Après la Cité « imbécile », la vaste opération de police s’est poursuivie en banlieue, où une quarantaine de véhicules aux vitres teintées a conduit des membres du Groupement mobile d’intervention, des hommes du Corps urbain et des éléments de la Brigade de recherche, mobilisés depuis le Camp Abdou Diassé vers des lieux connus des services de renseignement.

Les policiers ont mené des contrôles inopinés d’usage de stupéfiants.

Délinquance et insécurité : l’action de la police a fait apparaître une vie et des rêves de gamins dans ces quartiers difficiles de Dakar pris en étau entre drogue et petite délinquance.

 

Partager.

Commenter